accueil
 
Théâtre citoyen, conférence théâtralisé, à partir de 10 ans
LA DETTE EXPLIQUEE A MON BANQUIER !
ou l'éloge du par cœur
 
de Cécile Canal
Cie RSE
 

Adaptation, interprète : Cécile Canal

 Collaboration artistique : Nelly Pezelet

Voix : Leslie Menahem, Marie-Emilie Michel, Naïsiwon El Aniou, Christine Canal, Michèle Moragas

Régie : Ninon Robert

34-36 rue du Chapeau Rouge
(donne Portail Matheron et angle place pie)
 
21H20
s7, s14, ma17, s21, ma24, s28
JUILLET 2018

Durée : 1H15

Réservation : 04 90 84 04 03,
06 63 04 09 71

Cycle Alice L’Accen comportent plusieurs spectacles, indépendants les uns des autres.
Du 6 au 29 (relâche les 9, 10 juillet)  : 21H20
avec bonus le 17 et 24, 12h55 La démocratie expliqué a mon député, et 14h25 La démocratie contre attaque
juillet 2018
 
Le travail expliqué à mon chef ! :  vendredis  (soit les 6, 13, 20, 27)
La dette expliquée à mon banquier ! : samedis et mardis (sauf mardi 10)
Alice au pays des athlètes !  (jeux olympiques…) :  lundis (sauf le 9) et les jeudis (soit les 5, 12, 16, 19, 23, 26)
La démocratie expliquée à la république ! :  dimanches et mercredis (soit les 8, 11, 15, 18, 22, 25, 29)

Très librement inspirées des conférences gesticulées de Franck Lepage, et après un petit détour au pays de clowns, les explications d’Alice L’accen se révèlent être des surprises théâtrales.  L’objectif principal est de susciter la réflexion et d’ouvrir le débat. Il est aussi, et surtout, de proposer toujours de manière drôle et ludique des outils permettant de se réapproprier notre pouvoir

 

Compagnie CRSE : Cécile Canal s'est formée au Lucernaire (Paris) en suivant les cours d'art dramatique de Christian le Guillochet et de Luce Berthommé. Depuis 2005, elle se consacre à l'adaptation, à l'écriture et à l'interprétation de formes monologuées. Son travail , à la croisée du clown et des conférences gesticulées de Franck Lepage s'appuie toujours sur des thèmes forts et engagés.

 

"Une conférence théâtralisée clownesque et ludique sur le B-A -BA de la création monétaire par les banques privées et quelques joyeuses solutions à la morosité ambiante Après La démocratie expliquée à mon député !, Alice L’accen se lance dans de nouvelles explications sur … la dette publique, car avec la dette, il y a urgence ! Non pas à la payer ! Mais justement à refuser de la payer. Seulement voilà, à travailler dans l’urgence , on peut vite se retrouver en retard . Dans cet épisode, Alice, notre gentil clown à l’air naïf, enfant spirituelle de Coluche et de Princesse Leia nous révèle son passe-temps favori : apprendre par cœur. Une fois les pages apprises, elle s’amuse à expliquer simplement, grâce à de jolies métaphores, des choses qui pourraient paraître un peu compliquées. Dans La dette expliquée à mon banquier!, elle nous parle de son cerveau qui lui joue des tours, mais aussi de la dette publique, tout en nous faisant voyager dans le temps : de la Grèce Antique à nos jours en passant par la Révolution Française".  

 

 

 

Voilà un sujet qui ne manque pas d'intérêt ! Je crois qu'il faudrait refaire fonctionner la machine à faire des pièces et des billets, et que comme ça, tout rentrerai dans l'ordre. La règle se serait de ne rien rembourser du tout, pour arriver à solder cette dette d'état, qui cause tant de difficulté pour le petit peuple encore plus appauvri de devoir la rembourser. Si ce n'est que, ni petit peuple ni quiquonque personne privé, n'a vraiment à la rembourser, mis à part sous forme de quelques impôts, et elle est l'occasion de demande de l'état de faire ceinture au petit peuple. Ceci n'est pas si clairement dit dans le spectacle, cette solution s'appelle une dévaluation qui n'arrange pas les riches qui ont de l'argent placé. Mais tout de même ... Peut être qu'Alice L'accen y a pensé.
Elle apprend par ce spectacle, qu'il existait autrefois une banque centrale qui battait monnaie, pour prêter à l'état, tandis qu'aujourd'hui les prêts de l'état passent par des banques privés (qui travaillent pour l'état, mais ne sont plus seulement  la banque de l'état). Je n'ai quand même pas tout compris, et surtout j'aurai voulu en savoir plus sur ce sujet de "la dette" dont on nous bassine, cause de laquelle des subventions sont supprimées ou baissées, notamment pour la culture, au profit de la police et de l'armée, suite aux attentats que le renseignement a fomenté puis encouragé à l'aide de pions travaillant pour eux, afin de se créer des emplois et d'asseoir un pouvoir aux multiples intérêts dont pour eux mêmes.
 
Alice sait chanter, un vrai chant d'opéra, et le montre dans cette "conférence". Elle est venue accompagnée de son cerveau, pierre ronde changeant de couleurs avec des yeux peints et entourée de cheveux en fil barbelé. Une bande sonore avec une voix de jeune femme clarifie certains passages de ses énoncés, et envoie de la musique lors des moments de pauses en lumière atténuée rouge. Une sorte de sketch-one man show, tournant autour du sujet de la démocratie et des pouvoirs que nous accorde le principe de République mais dont on ne se sert pas, puisqu'on ne sait même pas que, théoriquement on aurait son mot à dire sur son fonctionnement. Apparemment. Puisque Alice répète beaucoup, que l'état c'est nous. Et qu'on a vue dans une autre conférence que la Constitution, se serait nous aussi ?
 
Passent les portraits de Philippe Le Bell, Louis 14 dont elle cite ce qu'ils nous ont apportés pour l'un, et ce qu'ils nous a fait supporter pour le second. Alice aussi, digresse sur un de ses sujets favoris, l'apprentissage du texte par cœur ce qui est le travail du comédien et son gout pour cela, qui l'amène à retransmettre que ce qu'elle a compris après l'avoir emmagasiné,  répété tant de fois et en marchant selon sa propre technique, pour nous présenter un spectacle accompagné d'une bande sonore pour laquelle les copines ont été conviées.
 
Le spectacle énonce la pratique monétaire d'un pays, la façon dont se règle une dette, et comment elle se crée par un prêt bancaire à l'état qui bat monnaie pour lui, avec le coté immatériel des chiffres d'entrée et de sortie qui sont les seules données échangées réellement.

samedi 28 juillet 2018

 

 

 

lien vers une critique d'un des spectacles présentés l'an dernier : La démocratie expliquée à la République !