accueil
 
 
LES GENOUX ROUGES
 
Carré Blanc-Cie Michèle Dhallu
Occitanie        
 
 Chorégraphie : Michèle Dhallu

Interprétation : Hanna Flemström et Max Behrendt (portés acrobatiques), Jean Couhet Guichot, Rick Pulford et Johannes Bauhofer (acrobaties au sol)

Création sonore : Marin Bonazzi
Création lumière : Yves-Marie Corfa Création costume : Marie Pierre Ufferte
 
10H
du 9 au 21
-relâches les 12 et 17-
 juillet 2018

Durée : 55mm

 

Réservation : 04 90 83 66 09

 

Coproductions : CIRCa et Odyssud – Blagnac  

 

 

"La cour de récréation est un lieu commun fréquenté plusieurs fois par jour et sur de longues années, un espace de relative autonomie pour l’enfant où il (elle) fait l’expérience du social, partage un même imaginaire en se transmettant le patrimoine enfantin du jeu et construit les fondements de son identité. C’est un espace dont les enfants sont acteurs et qui apparaît comme le théâtre d’une microsociété. Microsociété, que j’ai maintes fois observée au long de mon parcours de chorégraphe engagée pour l’enfance. Alors j’ai posé à mon regard sur cette «pièce de répertoire» rejouée à l’infini qu’est la récréation, pour en chorégraphier ses jeux et ses enjeux, son chaos et sa stricte organisation, son grand collectif et ses petites individualités, ses explosions et ses introspections. Une première maquette de 35 minutes, Cour de RE-création, est née de nos répétitions avec les élèves du LIDO. Elle servira de base de travail à une création de 60 minutes, que je souhaite faire évoluer vers une esthétique actuelle (notre premier clin d’oeil était pour Robert Doisneau) et plus intemporelle : les lignes du mât chinois et ses sangles d’attache définiront la scénographie, renforcée par des lumières abstraites, géométriques en charge de spatialiser le plateau. Quelques objets, de ceux qui peuplent les récréations (billes des enfants ou téléphones portables des adolescents, voire l’incontournable cartable) pourront s’inviter en scène. Il n’y aura pas de narration mais des focus sur les actions ou les relations. Enfin l’univers sonore, repris en partie du plateau, mixera bruitages et musiques pour immerger le public, mettre en abîme les enfants et réveiller des vécus chez les adultes".