accueil
 
Théâtre, à partir de 5 ans, en français
Ô Baobab
Compagnie Atelier de l'orage
Metteur en scène : Gilles Cuche
 
Interprètes : Karine Tripier, Arnaud Delannoy
 
 
Fabrik Théâtre
10 Rt de Lyon , Impasse Favot
                 (proche St Lazare-Université)                 
          
16H40
du 5 au 29
(relâche les 11, 18, 25)
 juillet 2018
 
Durée 50mm
 
Réservation : 04 90  86 47 81
 

 

"Ce spectacle a été créé à la Friche de l’Amin Théâtre à Viry Châtillon. Implantée dans le sud rural du département de l'Essonne depuis bientôt 30 ans, la Compagnie Atelier de l’Orage est subventionnée par la Région Ile de France, le Conseil départemental et la commune de Villabé. Ce spectacle a bénéficié d’une aide à la production de la commune de Villabé, d’ARCADI Île-de- France et de la SPEDIDAM"
'La Compagnie Atelier de l'Orage trace modestement et pour son compte, les voies d'un nouveau théâtre populaire qui ne cherche ni à réunir de grandes foules, ni à appliquer des théories ambitieuses (...). Elle s'est simplement jurée d'émouvoir et de réjouir le public qui vient dans son petit théâtre, comme jadis à la veillée, pour le plaisir de la rencontre et de l'échange ". Robert Abirached'

 

«En Afrique, lorsqu’un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui brûle » Amadou Hampâté Bâ. Sous les «branche » d’une structure mobile géante - inspirée de Calder, une comédienne-conteuse nous fait revivre quelques-unes de ces histoires transmises depuis toujours par les griots au pied du grand arbre. Tour à tour lion, grenouille ou serpent, elle interprète même le rôle d’un éléphant bougon, flanquée d’un masque-calebasse fabriqué pour l’occasion. A ses côtés, un musicien l’accompagne aux sons d’instruments traditionnels africains : kora, sanza, balafon…. pour lesquels il a composé une musique métisse, entre Afrique et Occident. Le chant aussi est très présent, permettant des respirations musicales entre deux passages contés.

 

 

Pourquoi ne pas imaginer ce spectacle dans la Cour d'honneur du Palais des Papes ? Cela lui irait bien il me semble. La scène est ronde, assez grande, au dessus, comme un parapluie immense fait d'arbres ou d'étoiles du cosmos, certains grands comme la terre, en matériaux imitant l'acier comme froissés, des morceaux de bois, du papier d'aluminium couleur cuivre et des choses autres jolies qui y sont accrochés. Les histoires sont africaines, très poétiques, inspirées de nos contes, tout en français. Une des histoire est celle d'un serpent qui rêvait de pattes pour marcher, et sa quête auprès de différents animaux pour qu'ils lui en donnent une. Ni la souris, ni l'oiseau, ni d'autres animaux ne veulent, ni ne peuvent lui en donner, puisqu'elles lui sont nécessaires, ou qu'ils préfèrent les garder, comme le mille pattes, qui en a besoin en cas de réparation urgentes de certaines. Mais il trouvera enfin ce qu'il cherche auprès d'une chenille, qui accepte en lui disant qu'elle peut lui donner de ses pattes, puisque le lendemain elle va se transformer en papillon. Chaque animaux consultés à sa voix propre, comique et différenciés, comme dans les dessins animés. La conteuse et le musicien conteur, jouent aussi de la kora (sorte de harpe africaine), du balafon  (xylophone d'Afrique occidental), et d'autres instruments, ils chantent, dansent, les lumières varient et sont jolies, les décors sont roses et jaunes pales sur une lumière bleutée, le grand parapluie tourne, et un masque en bois, avec une trompe et des grandes oreilles souples, est utilisé pour représenter l'éléphant, qui chante et raconte son histoire.

Ce spectacle déroule tout un univers, faits d'animaux qui parlent, de contes différents, qui ont du sens, ce qui est bien agréable et fait du bien, dans un festival souvent éloigné de la nature, des choses simples faisant faire de jolis rêves le soir. Il y a beaucoup d'adultes parmi les spectateurs, qui pensent sans doute la même chose, venus sans enfants. Donc tout public peut de façon heureuse retrouver ces histoires ici, qui, riches et d'un autre continent, se rapprochent de celles qu'on a connus, enfants.  Et acheter, à la fin, le cd. de Ö Baobab.

La Fabrick Théâtre où il se joue jusqu'au 29, à un petit jardin ombragé, où on peu boire avant une boisson bien fraiche, des pâtisserie orientales, ou des mezzés.

 

jeudi 26 juillet 2018

 

 

 

(les textes en période de Festival, sont susceptibles d'être légèrement modifiés)