retour

 

FAITS DE SOCIETES, TEMOIGNAGES

 

témoignage :

"Le tueur en série de la ville n'a peur de rien"
Une dame âgée donne sa clef à un tueur à gages
 qui accepte de venir en son absence "fermer une fenêtre"... (au lieu de refuser et rendre la clef, pour se faire oublier, au moins)"

"Samedi fin aout, le 30, 2019, une dame âgée téléphone a un tueur en série (ancien policier, devenu agent secret et liquidateur plus ou moins légalement selon lui même, travaillant à un espace informatique où un jeune homme s'insurgeait de le voir employé là, sans avoir fait même de la prison entre temps, pendant les dix années où il a disparu -dans un autre département limitrophe- après l'assassinat d'une mère arabe du quartier, à 6h du matin à bout portant, avec son arme de service qu'il n'avait pas rendu), à qui elle a donné sa clé, pour lui demander de "faire peur à sa fille" avec qui elle est pour faire des courses, qui vient de s'absenter, et avec qui elle s'est disputé, lui demandant en leur absence, d'aller chez elle fermer une fenêtre (l'entrebâillée moins qu'elle ne l'était, sans aucun vent dans la canicule du moment, avec pour excuses, auprès des gens, que -sa fille lui a dit qu'un pigeon l'avait  regardé-), en plus d'aller voir des dégâts du toit dans un appartement, et de tuer un pigeon et le déposer ensuite devant la porte d'une de ses ennemies (dont cette mère, a organisé avec l'accord de cette femme, l'accident provoqué de la mère de cette femme -qui connaissait ses tendances-).

La dame âgée qui invective tout le monde, aux prises avec ses ennemis qui sont pour beaucoup ses démons intérieurs, ou liés à ses manquements, invectivait sa fille, qui lui disait alors, rentrer de son coté, quand des policiers en civil (indicateurs ou bac etc) regardant la dame agée, ont dis entre eux se retournant vivement : "c'est elle, elle vient d'appeler..., elle lui a dit de venir chez elle, soi disant fermer une fenêtre je crois.... c'est incroyable !". Les hommes en parlait comme d'une chose grave : "Qu'est ce qu'on fait ?" ("faudrait peut être y aller, y'a sa fille je crois là bas, et apparemment elle en sait beaucoup sur lui". "Non mais l'autre elle est là.  On lui dit ?" ont poursuivis les deux grimaçants (un d'origine nord-africaine, l'autre français, âgés. -"Non elle est là de toute façon avec ce qu'elle dit de nous et la façon dont elle nous regarde, c'est pas la peine" . La fille âgée aussi, regardait en effet ces deux hommes désigner très agités, sa mère, censé ne connaître personne, surtout ce genre là, s'était fait agressifs devant le regard interrogateur appuyé.

 

De retour, une fenêtre largement ouverte (à fermeture résistante) était presque fermée, avec enlèvement de papiers accrochés à la dragonne, montrant le passage de quelqu'un. La mémoire remontant lentement : un jour la mère avait dit a"voir donné sa clef a quelqu'un dont elle avait oublié qu'il avait assassiné à bout portant une femme arabe (après avoir  fait assassiner son fils quelques mois avant) sous le motif futile, qu'en s'en plaignant à la femme de son patron, celle-ci, dans son couple précaire, car le mari était caractériel, elle risquait de le quitter, ce que le mari, ne pouvait supporter. Mais en fait la mère donneuse de clef,  ne pouvait oublier la multitude de personnes qu'il avait déjà fait disparaître, sur juste quelques mots. Mais si apparemment son cerveau avait réussis à oublier cela. Car elle se trouvait en souci de devoir expliquer ses cris continuels envers sa fille (bouc émissaire à l'époque, avant que la donneuse de clef, n'est un bar bouc émissaire, sur lequel crier incessamment). Sa fille lui rappelant les viols et autres maltraitances qu'elle lui faisait subir enfant, sans lien extérieur (pas d'école) pour que l'enfant ne puisse s'en plaindre et être cru, elle ne supportait pas de la voir normale, de ne pas pouvoir en tirer des faveurs sexuelles. Alors la mère bi sexuelle, n'avait pas trouvé d'autre à dire à la police, pour expliquer ses hurlements continuel auprès de sa fille, ses réflexions disant que "c'est l'enfer qu'en elle est là" (réactivant en fait ses voix et images de maltraitances, ainsi qu'elle en faisait subir à l'époque aussi  à son propre père, avec qui elle couchait -inceste encore- ),  que c'était sa fille qui lui réclamait des faveurs sexuelles (ce basant sur ce qu'elle avait conseillé de faire à plusieurs de ses voisines convoitées auprès de leur fils -entre gens du voyage en fait). Cette légende a permis alors tous les abus auprès de sa fille (la victime devenait sur mensonge, délinquante), qui n'a pu s'en défendre, car jamais le mot n'était prononcé, la mère la disait "complètement folle", c'est tout, devant elle. La mère s'enferre toujours dans d'autres mensonges pour protéger un  premier mensonge, se met dans des rages folles inexpliquées, que par les scénarios qu'elle s'inventent pour mieux haïr, oublier ses démons. Elle cherche à légitimer ses incompétences dans la vie. Le contrat d'indicateur qu'elle a pris en 1974 après la tentative de meurtre sur son enfant alors âgée alors de 6 ans, s'est fait sur un mensonge (elle disait son enfant "difficile", "détraqué") et a poursuivie ainsi toute la vie de l'enfant, se greffant sur son réseau de vie sociale, la mère ne côtoyant personne (outre des policiers-clients, que des avocats, dont un son bouc émissaire préféré, F, avec qui elle n'a pu coucher qu'une fois, puis ses locataires, ses voisins, ses amis, et sa fille). Elle s'est donc servi, en tant qu'indicatrice agent perturbateur là pour nuire, du réseau de son enfant, qu'elle a fait suivre toute sa vie par la police pour être au courant de tous les lieux fréquenté, et en tirer un réseau à infiltré. Elle fait pucer sa fille de manière plus précise de ce qu'elle avait fait faire à ses 14 ans. En autre, elle lui a fait greffé un ou des, micro(s), dans ses couronnes dentaires. Puis  un système apparemment d'images retransmises via ce qu'elle voit, dans une technologie nouvelle plus difficile à expliquer, sa fille ne le sachant elle-même.

 

Ce samedi la mère haineuse, avait peur que sa fille n'achète un mini four à 35 euros avec l'argent des courses, objet qu'il etait question d'acheter depuis plusieurs années. La mère alors, est partie acheter un shampoing à 25 euros en manière de défi, elle craignait que sa fille achète enfin ce four qui devait être acheté à noël dernier, Paques 2017 etc (qu'elle lui avait interdit d'acheter en été -comme elle interdisait depuis toujours, l'usage des plaques électriques à midi en été : "parce que ca fait trop chaud". Sa fille alors enfant l'ayant dit à l'école, qui a dit à la mère qu'il fallait utiliser un moyen de cuisson et de réchauffage, à midi aussi, la mère avait accepté de le faire en mentant d'ailleurs comme d'habitude sur son intransigeance sur ce point se rendant compte de son anormalité, mais là, y'a plus d'école, idem pour une sorbetière -qui n'est pas a elle- en  interdisant utilisation en été, parce qu'elle dégagerait un peu de chaleur;;;).

Depuis quelques jours la mère se montrait nerveuse la nuit. Le tueur en série aurait emménagé dans son quartier.

Pendant des années sa fille a vécu, persuadé que la porte de haute sécurité ne risquait pas d'être  fracturée, alors que le tueur pouvait à tout moment venir la tuer; elle qui a été une des témoins de ses aveux de multiples assassinats, dont d'une femme arabe, à la période même où était régulièrement. Tandis que la mère a utilisé plusieurs fois les services du liquidateur

Une certaine Roselyne est au courant qu'il a la clef, et l'avait dis à la fille, qui peinait à le croire. Ainsi que des guides, même arlésiennes. On dit ça pour qu'il sache que des gens savent qu'il a la clef, si on est mort assassiné par lui.

 

Le tueur en série ancien policier est l'auteur des assassinats de nombreuse personnes   le compagnon de madame Rahmoun, probablement entre 90, 92 et 96); la compagne du tueur Brigitte Ohnanian, collègue en tant qu'ancienne étudiante des beaux arts à Marseille de sa fille autour de 96, 97, que la mère homosexuelle jalouse de tout être humain autre qu'elle  même (qui couchait avec son père, et voulait être LA seule), avait mis en relation avec l'assassin, jalouse de sa beauté, assassiné par lui même jaloux (la mère savait qu'elle avait déjà une relation avec un homme de son milieu, tandis que le tueur ne l'était en rien, s'est servie d'une réflexion de sa fille disant sur question pressante de la mère au sujet de celle-ci, que cette jeune femme avait dit aimer "les gens un peu fou", -"ah bon elle aime les gens un peu fou ?" avait dit la mère levant un sourcil l'air bizarre, en pensant qu'elle pourrait être sur les rangs -"et bien on va lui donner quelqu'un d'un peu fou", "ca nous arrange" (elle parle d'elle en disant nous), "elle va voir ce que c'est la folie ", bien sur la fille ne pouvait imaginer que la mère puisse connaître ses gens (et elle n'allait pas alors dans l'espace informatique ou est venu plus tard le liquidateur), vers 2000; il y a eu assassinat d'un fils, puis sa mère fréquentant l'espace informatique, dirigé par un indicateur qui avait mandaté le liquidateur de le débarrasser de la mère qui se plaignait auprès de sa femme de l'assassinat inexpliqué de son fils après un passage en ce même lieu (il avait vexé le tenancier à la démarche d'ours, et lui avait dit savoir qu'il balançait des gens de son origine et qu'il pourrait le dire), et un appel sur le champ, après, de l'indicateur à quelqu'un, pour des recherches sur ce jeune homme qui n'aurait pas eu de papiers. Il y a aussi un appel d'une personne qui s'est dite de la police vers 93-94 qui a dit qu'une jeune fille d'origine étrangère avec qui la personne (sa fille) avait été en échange Erasmus à Leicester, avait reçu un coup de revolver de la part d'un inconnu. Etait ce un canular ? Cette jeune femme (Ay.Ve) est toujours vivante. Au contraire de ce qui avait été laissé entendre. Celle ci voilait faire venir sa famille étrangère, et l'appartement en échange de la fille à Nantes vers 90-91, avait des micros, à son insu, sa mère en faisant poser partout où sa fille allait, un chauve aurait été vu à Leicester, à sa cité étudiante de Kershaw Hall, il aurait demandé si la jeune fille portait bien tel nom, et il aurait tiré. Il faudrait vérifier si cette jeune femme, dame maintenant, a bien vécu une tentative d'assassinat, ou si c'est une histoire inventée (par sa mère qui aurait mandaté des gens pour cela). Il y aussi l'assassinat de Pontorson dans une auberge, qui aurait été perpétré par un chauve.

 

Il est évidemment que la fille est en danger, personne ne voulant aller en prison, pas l'assassin en série, ni le tenancier du lieu où il travaille.

La mère harcèle sa fille, sur un bar notamment répétant inlassablement tous les soirs qu'elle ne supporte plus ce bar bruyant, sans jamais pour autant téléphoner directement à ces gens délictueux (qu'elle a elle même placé là, près un accident provoqué avec l'accord du tenancier, pour avec l'argent de l'assurance, acheter un bar, envoyé par la mère chez un de ses ennemis patrons d'un autre bar, pour lui indiquer comment faire, puis comment attirer la clientèle en demandant à sa fille, en prenant l'exemple des boites de nuit fréquenté dans sa jeunesse, après avoir déterminé quel commerce et quoi vendre, la mère avait dit que pour ses protégés, il fallait "que l'argent tombe comme avec un jackpot gagnant", la fille à dis "les bières", et l'affaire fut faite, à l'insu de la fille, le bar est né. La mère, sur des réparations de sa maison qu'elle doit faire, cherchant aussi des boucs émissaires, après avoir dit devoir la laisser à la police du renseignement après ses mensonges en tant qu'indicatrice (dit aussi qu'a cause de sa maladie -faire des histoires tout le temps- elle ne supporterait pas les travaux), (elle demandé a un maçon de bousiller son toit pour faire "passer'" ça par l'assurance" -alors même qu'elle n'est pas assuré pour ça), a cherché un incident, en demandant à ce tueur, de venir et de faire en sorte que la fille s'en appercoive, à quelques jours de son départ, comme d'habitude, pour la retarder.

Le liquidateur à gages, à toutes les adresses de la fille, il se vantait de savoir trouver tous les codes des gens, sa mère l'a embauché pour qu'il pirate toutes les boites mails et autres comptes clients de sa fille, sur internent dans des lieux publics, il sait tout donc de ses faits et gestes, déplacements, compte etc , de sa vie privé aussi, où il peut l'y assassiner.. Le liquidateur avait dit qu'il ferait si besoin ce qu'il faudrait, pour que la fille ne parle pas, si elle avait un jour l'intention de parler. La mère n'ose même pas remédier de peur de déplaire à l'assassin a qui elle a donné sa clef, et qui avait refusé de la rendre... On est chez les fous.. et les assassins malheureusement"

 

 

 

Harcèlement à la chaise rouge devant le poste attribué nos chroniqueurs, ou par un  même numero de poste attribué par les tenanciers, pourquoi ce harcèlement venant de commerçants ?  DDlaT, pourtant d'autre origine, doit en être la patronne... ?

Les endroits de mise en ligne ponctuel semblent infecté par le renseignement, et en lien direct avec  DDlaT , car les tenanciers harcèlent insidieusement nos chroniqueurs :: attribution du même numéro de poste, suite à venue a plusieurs jours d'intervalle pourtant, ou d'un poste avec devant une chaise rouge, la seule de l'endroit, tout ceci comme par hasard. Il n'est pas question de s'en insurger sinon les belliqueux indiqueront la porte. Quand ce n'est pas l'attribution d'un poste a virus, car un ordinateur a été ainsi inutilisable (via clé usb)

 

 

Il faut lutter contre le renseignement qui agresse sans cesse, sans raisons des innocents honnêtes qui ne sont ni balances, ni indicateurs, ni taupes (noms données aux traîtres indicateurs, de toutes choses vraies ou fausses, voyous agissant pour obtenir des clémences pour leurs actes délinquants, ou la poursuite de leurs perversions sur autrui). Ces gens qui fomentent accidents provoqués, assassinats, harcèlements

 

 

accident (provoqué) le 5 aout 2019, une mère impliquée

La mère (qui est en contrat policier de renseignement pour lequel elle travaille en tant qu'agent perturbateur, contrat acquis sur des mensonges et des maltraitances diverses, dont sur sa famille et des innocents complets comme son enfant), qui avait provoqué un accident à son enfant l'an dernier, soudoyant la chauffeur de bus pour qu'elle fasse tomber, après l'avoir fait engager pour cela, occasionnant plusieurs fractures de cotes, qui un an après ne sont pas complètement ressoudés, encore douloureuses, handicapant toute l'année, a réitéré, car ce lundi 5 août 19, son enfant, âgé aussi, à eu un problème de santé inattendu, après une grande fatigue inexpliquée depuis quelques jours, dû probablement un empoisonnement, plus des scènes continuelles sans causes, que la maladie de cette mère détraquée, occasionnant un grand stress. Nous en saurons plus prochainement, les dégâts sont là.

Chroniqueur détesté, pour sa laideur maintenant après avoir été accusé de prostitution, aurait en plus un problème à un oeil (car le patron Mr Frain, de DdlaT lui avait dit qu'elle même en aurait, puisqu'elle ne pouvait plus voir un/une de nos chroniqueurs, que cette femme agée bi sexuelle trouvait 'trop" beau/belle (devenu gros sur manipulations de DDlaT, et du renseignements via les transports en stop et tous un harcèlement d'inconnus dans la rue, s'agglutinant à eux quand ils avaient une allure normale avec attaques à tendances sexuelles à la moindre chose qui ne soit laide dans l'apparence des ciblés.

Ingestion peut être de javel, ou mort aux rats, intentionnellement donné... car le jour même de l'accident aux yeux, DDlat a eu réflexions et comportement bizarres. Ou encore de cigue à faible dose comme en avait donné Corinne Boussin femme des gens du voyage ayant épousé un médecin dont elle était divorcée, fausse bénévole infiltrée dans un lieu de restauration collective, qui avait causé de graves séquelles, dont plusieurs jours après, dont  douleurs musculaires terribles tel un décollement des os et plus aucune force même pour se porter, l'empoisonneuse d'un café qui immédiatement après quelques gouttes bu a provoqué des vertiges, puis un probable décollement de retine -éclairs blanc- "Elle a pas du en boire beaucoup sinon elle serait plus là, ca aurait tué un cheval ce qu'on lui a donné" a dit un belliqueux perpétuel, indicateur à queue de cheval (des gens du voyage). Corinne B, la bénévole agent de renseignement infiltrée ayant déclarée qu'elle ne devait pas être désignée comme indicatrice alors même qu'elle l'était, illégalement, là où ces gens devraient être interdit, et alors même qu'elle l'avait elle même révélé auparavant.à sa future victime (sur incitation de DDlat)

Ce qui était arrivé dix ans avant (en 2010) après une agression, (demandé par la DDlaT) qui l'avait demandé à une infirmière, lors d'une banale prise de sang.

 

 

 

Affaire Lambert
 
https://www.mesopinions.com/petition/politique/vincent-lambert-ete-assassine-legalement-honte/70293
 
http://www.jesoutiensvincent.com/
La France a assassiné l'handicapé Vincent Lambert, le privant dés 2 juillet 19 d'eau et de nourriture, séquestré dans sa chambre d'hôpital, pour qu'il meure de soif, le 11 juillet
 
Un appel a petition pour sa vie avait été lancé par les parents plusieurs mois avant, avec de multiples recours légaux  La pétition concernait la demande de son maintient en vie et son transfert dans un  autre hopital où il puisse être pris en compte comme handicapé, avec une rééducation, des sorties à l'air libre. Cet homme privé de paroles, tétraplégique non stimulé  faute d'assistance adéquate, disait  pourtant avec les yeux qu'il voulait continuer à vivre et espérer (il pleurait  la veille de sa condamnation en mai 2019, voir vidéo sur internet). 
Cet homme était revenu sur ce qu'il avait évoqué lors d'une réunion de travail (d'infirmier),  et il l'avait dit à quelqu'un en stop : "en cas d'accident il voudrais finalement  continuer à vivre et espérer », et qu'il faudrait qu'il reparle de son positionnement nouveau  à sa famille, bien que gêné de ré aborder ce sujet.  En outre, sur le terrible accident qui  l'a laissé tétraplégique peu après, on peut supposer pouvoir qualifier celui ci, «d'accident provoqué" (volontairement), par des personnes mal intentionnés, du renseignement probablement, pour provoquer un tel acte, un tiers en général, suivant la date, et le court moment entre l'accident et son changement  de décision.

 

https://www.mesopinions.com/petition/politique/vincent-lambert-ete-assassine-legalement-honte/70293

Commentaire : Le 11, le 29 (septembre 2008), le prénom de Jérôme  avocat pour les parents (prénom d'un t à gages toujours en liberté), tout désigne le renseignement (Lat), et également pour à la base, l’accident. Honte à madame clochard et mr frain,  les patrons, de personne qui font ça, dont à leur demande, et pour Rien soyez en sur, ces gens victimes n'ont rien fait. Idem pour Hassan de C, accident provoqué, ni le libraire anglais, empoisonné, ayant vendu à Ca.. Il faut des lois pour pouvoir dénoncer les assassins, impunis parce qu’ils sont du renseignement. Tant qu’il n’y à pas de lois, «on» (les indicateurs, ou ceux qui ne savent pas ce que c’est, diront "que ça n’existe pas", surtout si on n'a pas toutes les "raisons" à expliquer, alors que ceux qui font ca sont des  fous qui n'en ont pas, ou les leurs, tordues; (ils ne faut pas croire que ces gens sont très bien, font ce qu’il faut).

Honte à cette loi Leonetty qui permet d’assassiner. Honte à ceux de la famille qui ont voulu ça, pour cet handicapé sans défense. Honte au président en place qui pour garder sa place, ne prends pas position, car il faut le dire en plus d’incompétence, est un sans intelligence, prenant avis auprès des traîtres, taupes, selon tous les noms usuels des indicateurs.

 
 
 Est ce que, quelqu'un n'aurait pas voulu qu'il ne puisse parler un jour pas si lointain, de ce qui s'est passé le jour de l'accident ?

 

Qui a crée l'accident ?

.On se demande qui a crée l'accident de base de Vincent. Serait ce cet homme toujours en liberté ? .Un  inconnu ? Ou le père de Stéphane M (qui a déjà provoqué l'accident vers 87  de  Madame Suzanne A, accident de voiture dans lequel il est décédé aussi, payé mille francs pour régler une école privée à son fils sur incitation de Lat, qui paiera la somme à sa veuve ensuite. Suzanne.A, ancienne collègue de Lat. Et peu après en 87-88, le beau père de E,.en accord avec sa femme qui avait déjà provoqué l'accident de son mari en 68 (devenu indicatrice, n'a jamais été condamnée, ni pour l'un ni pour l'autre). En 2010 Lat a pris un contrat de 30 ans, pour l'ass provoqué de Ernest, par un troisième exécuteur (sur promesse de femmes), qui avait déjà oeuvré pour elle, au moins en 1971, dans la disparition d'un voisin retrouvé dans une valise de son père plus tard. Quelque années après vers 1973-74, le père de Lat  encore fait disparaître à sa demande le père de son coéquipier ci avant, pour qu'il ne parle pas, ne soit pas un soutient pour son fils. En 1954, le père et la mère de lat sont à l'origine de la disparition à sa demande, et contre son silence -affaire de moeurs-, d'un ouvrier des pays de l'est,, venu travailler chez eux (et engagé pour sa future disparition). Ils invoquent une histoire de trésor trouvé dans la cave pour expliquer sa disparition soudaine dans son pays d'origine, disent ils;. Ils sont respectables, ils ne seront pas condamnés, achètent une maison, avec un contrat rg de 50 ans.... C'est à dire jusqu'en 2004.. Le renseignement attends un peu, mais veut toujours récupérer ce qui est son bien selon les lois rg non écrites, et ce malgré une somme d'achat (plus bas en général que son prix, ou acquise alors que ça n'aurait pu être possible). Les rg organise  la vente forcée d'une manière ou d'une autre, souvent en menaçant le/la indicateur-pion(ne), pour qu'il organise lui même cette transaction, ou cette perte donc.

 

Signature d'implications :

Le nom et prénom d'un des avocat de  la famille du devenu handicapé aujourd'hui assassiné, signe le fait de Lat, (et Jacqueline C, patronne), qui utilise, les services d'un ancien professionnel du même prénom agissant sur ordre et croit les mensonges pour agir.. Dans les années 90, ont disparus par son action, sa compagne Brigitte à Marseille (envoyée par Lat, par jalousie); le compagnon de madame ramou, de sa nationalité; le père d'un jeune homme ayant son prénom; une mère et son fils, de sa nationalité; un homme sur une corniche en 1988-89 à Marseille; peut être, le même, pour le père victime d'un accident au Maroc d'un jeune homme exilé à l'étranger;.. etc.

 

autres accidents provoqués :

Autre cas d'accident provoqué : Un cafetier qui ne l'était pas encore,  un serveur, peu avant ou autour de 1990, a accepté lui, d'avoir un accident provoqué pour acheter un commerce avec l'argent de l'assurance. L'expert à joué le jeu, malgré que le coté non volontaire de l'accident n'ait pas été établi. Le serveur a pu acheter un bar. Et l'expert automobile Edouard M, a été tué en Espagne, sur ordre de JL, le t a gages, un garagiste en Espagne à trafiqué sa moto pour quelle s'arrête net, en cours de route, envoyé là bas par Lat avec l'accord de sa femme indicatrice, qu'elle avait faussement rendu jalouse.

 

 

--------------------

 

 

Soutient au L214,

association de lutte contre la maltraitance animale, dans notamment les conditions d'abattage, qu'ils ont pu

filmer pour les dénoncer, filmage  remis en cause par la nouvelle loi qui veut l'interdire.

Mrs au gouvernement, élus, sur les décombres des centaines de victimes des attentats sans compter

les auteurs manipulés à le faire, afin de faire élire un réformateur inconnu, veillez maintenant à

respecter un engagement notamment pour le respect de la vie animale, et le respect des droits

de vies fondamentaux

 

--------------------------------------------

 

 

Anecdote a propos d'un spectacle concert,  juillet 2018
à propos des pratiques du renseignements dans une file d'attente, et ce que fait cette organisation
Des personnes dans la file d'attente font entendre des conversations à nos chroniqueurs  et organisent un plan pour qu'ils puissent entrer. Si favoriser le fait de pouvoir entrer quand la place est limitée est gentil, il est exaspérant de ne pas s'adresser à des personnes dont on parle, dans le but qu'elles entendent ce qu'on disent d'elle. ddlt est derrière ces faits à n'en pas douter, ordonne et on lui obéit, promet des aides certainement pour cela, qui trouve leur "punition" contre ceux qui ont acceptés, ou parfois contre d'autres inconnus, en contrepartie, car le renseignement ne donne jamais rien, et se retourne à l'envie contre celui qui a accepté de collaborer, selon la règle de trahison de ce fonctionnement militaire, ce qui leur permet d'obtenir des "points de malfaisances" qui couvriront des méfaits personnels.
Lorsqu'on est dans une file en liste d'attente, c'est une prise d'otage que ces pratiques. Il n'y a rien attendre de nos chroniqueurs, et encore moins, par ceux ou celles qui les harcèlent, issus du renseignement.
C'est le renseignement qui a du par l'intermédiaire de Madame Clochard, patronne de ddlat qui connaîtrait les gens de la file d'attente, ordonner "l'élimination" de l'étudiant Egyptien, dont un homme sur scène est venu lire quelques phrases, issus de sa thèse sur des associations d'aides dans la lutte contre l'oppression qui règne dans le pays en dictature, raison de cet assassinat pour en faire un exemple. Dans ce cas le renseignement d'un pays appelle le renseignement d'un autre, et mandate un assassin de métier, souvent un ancien militaire ou policier, qui sera non poursuivi pour les assassinats qui lui ont été commandé (en France les victimes étant en général sélectionnées sans famille ni personnes influentes pouvant faire enquêter). Cet assassin pourra se retrouver employé d'état, à pole emploi par exemple. Comme l'est Jérôme, employé de pole emploi, sur le lieu où s'est déterminé son crime d'une mère après l'assassinat provoqué du fils, qui a eu lieu trois blocs d'immeuble plus loin, homme qui a assassiné une dizaines de personnes dans les années 90, pour le compte de pions indicateurs, pour "raisons privés" (vexations ou satisfaction de pervers), dont sa récente maîtresse, un père naturel qui était en voie de reprendre contact avec son fils, un jeune homme simple fumeur de cannabis, le compagnon d'une femme Algérienne incitée à trouver qu'il ne rapportait pas assez d'argent avec ses réparations de réfrigérateurs, une mère de famille qui pleurait l'assassinat de son fils incité (voir mis de force dans l'avion) a rentrer dans son pays d'origine sous dictature où il était en danger, et qui voulait découvrir le commanditaire, lui demander la raison, qui a été tuée à bout portant d'une balle d'un revolver de service conservé, ceci sur la futile raison que le commanditaire risquait d'être quitté par sa femme, si la mère incitée se plaignait auprès d'elle, des conséquences du travail d'indic de son mari; probablement le meurtre d'une jeune étudiante en Angleterre qui voulait faire venir sa famille d'un pays en guerre; probablement un expert automobile brillant, gentil et honnête en vacances en Espagne (en soudoyant un garagiste de laisser un outil qui bloquerait la roue en marche) sur de fausses et futiles indications. Pour faire réaliser ces assassinats, le commanditaire souvent se sert d'un petit acte qu'on peut reprocher à la future victime, aussi futile soit-il, qui sert a faire agir l'assassin, mais aussi et surtout à couvrir, détourner les soupçons sur un mobile inexistant en fait (ce sont donc bien des innocents qui sont assassinés, avec enquêtes classées sans suite de la police, protégeant leurs collaborateurs du renseignement). C'est ignoble et amoral que cet homme soit là, libre, et donnant des leçon de pole emploi aux autres.

 

-------------------------------------

2 Octobre 2018 : L'illustre chanteur  Charles, venu cet été au Festival d'Avignon, victime finale
de "mauvais conseils" (volontaires)  (DDlaT) ou pions, des renseignements, auprès de sa femme, du personnel de maison, accompagnés de
 ressentiments crées par de la médisance dirigée par des pions, utilisant les voisins etc...
 
Idem pour Rene Burri, peut être de la même façon, avec implication de la famille, des gens de maison...

 

L'Aquarius le 14 Aout 2018
 
En date du 14 Aout 2018, un navire de sauvetage de mer, l'Aquarius était en attente en mer du droit d'accoster
avec une centaine de naufragés à bord. 
Il faut rappeler  à la France qu'elle est historiquement une terre d'accueil respectant le droit d'asile faisant parti des droits de l'homme.
Pays dont le Président à été élu suite aux attentats déstabilisants les Français, prêts alors à élire un inconnu présenté comme sauveur,
et face au parti extrémiste qui à vu remonter ses pourcentages suite à ces mêmes faits dont il se sert en amalgame.

 

 

Article ci dessous diffusé suivant demande sous forme de conversation d'une demandeuse d'asile (qui se plaignait que des gens

défendent la cause des émigrés car sa structure, pourtant composé d'émigrés, les dénoncent, employée au cyber de la ville, sur ce fait d'actualité,

jeune femme dont la sœur fera tomber un mois plus tard, une dame âgée dans un bus, doigts fracturé et cotes cassées

(tandis qu'une autre quelques mois avant serait décédé des suites de sa chute)

 

 

Le Pont de Gennes le 13 Aout 2018
 Le 13 Aout, le pont de Gennes est détruit sur le passage de jeunes ciblées.
Des années en arrière cela est prévu par des gens on ne peut que le penser, du renseignement.
Le numéro (3615) du journal Paris Match, sa couverture (prévue par Madame C), avec la mention sur l'amour de ses fils par une actrice,
dont le nom est choisi pour jeu de mot. La date est homonyme avec le jour de l'attentat du Bataclan, un 13 (novembre),
(nom du lieu choisi, qui a résonance avec un autre pour Madame C et acolyte, fomenté par eux, comme une signature)
 
 Des drones (Paris Match 3617) qui tuent des gens par envois de bombes sur décisions à des milliers de kilomètres par des militaires
du renseignements Américains et anglais, dans une parfaite méconnaissance du grand public sans réaction (dixit le journal)
Il faut réagir, dénoncer les actes du renseignement, qui en fait parti, et les assassinats qu'ils font en toute impunité,
sous le couvert du secret, et créer un tribunal public pour ces gens là.
 
Cette information, à la demande de MM, harcelante tout l'été, questionnant sous forme
de conversation donnée à entendre, commentant tout ce qu'écrit sur le site etc, cette dame pourtant
n'ayant rien a voir avec le monde du théâtre, mais au service de DDlaT finalement.

 

Le dramatique "accident" du pont de Gennes en Italie le 13 Aout 2018

En date du 13 Aout un pont de Gennes en Italie s'écroule. Paris Match n°3615 détaille cela (le numéro du journal n'est pas un hasard). Le groupe de Français partie pour le 15 Aout, parmi les 43 victimes, avait été prévu des années à l'avance, avec détail du parcours de chacun, victimes innocentes, utilisées, par des personnes en stop il y si longtemps que le souvenir est imprécis.
Est plus précis sur ce témoignage, le souvenir de cette question posée à un stoppeur à savoir :
"vaudrait il mieux que le fleuve en dessous soit à sec ou a cru au moment où le pont tombera ?"
Il avait été prévu que la première personne le plus au bout du pont, aurait peut être la chance de sortir vivante malgré la chute (ce qui a eu lieu), pas les suivantes car écrasées par le pont en miettes, en plus du choc de la chute, mais que si fleuve était en cru, sortir serait plus long. Le poids de la chute pouvait faire plonger au fond les véhicules.
 Puis la période de l'année plus précisément, car ces "personnes" souhaitaient "qu'il y ait du monde quand ca se produirait, mais pas trop non plus".
Horrible propos pour signifier que les problèmes du pont (décrites dans le journal), si précisément connus de ces personnes, ne donnent pas de raison pour causer la chute du pont précisément ce jour là, et sur le passage de ces gens là, Français, alimentant la gravité du fait, qui devient Français.
Ce serait, un explosif à télécommande sous la voiture (de type de celle utilisée pour les drones-tireur) qui a été utilisé, suivant au gps le passage de la voiture, sur ce pont d'un kilomètres, ce qui n'est pas si long pour le franchir, quelques minutes sans doute. Et suggestion (par des pions) (selon volonté des gens en stop qui ont du recruter des solliciteurs)
 à un des passagers visés, d'envoyer un sms après avoir passé la frontière (Paris Match)
Ces faits politiques sont offert en offrandes à des pions, en leur permettant une "signature" par jeu de mots, comme ici : "pain de Gennes" (en relation avec un film récemment passé à la télévision sur le pain avec une notion sexuelle, passage télévisé "géré" comme le reste, "pont du 15 aout", "pont Morandi" (consonance d'un autre nom connu des "offerts").
La lecture de ParisMatch ne cache pas la joie affiché de (d'un)  politique(s) sur ces faits "prévues", par des architectes experts, qui en revanche n'avaient pas prévu une date et une heure précise.
Comme toujours il y a certainement "alliance" de pays.
A moins que ce ne soit un "cadeau" de l'un envers l'autre, à charge de revanche.
M et L certainement les preneurs en stop ultérieurs de l'affaire

------------------------------

Septembre 2018 : Un  chroniqueur victime d'un accident volontaire orchestré par une conductrice de bus
aidée par une jeune feme à lunette noie harcelant la future victime pour asurer un grave à accident alors qu'une tentative avait échoué quelques fois précédente, la personne se tenant fermement, Conductrice ayant indument embauché sans capacités sur ordre de la mére de la victime qui a planifié l"accident à l'aide d'une autre pionne sous les traits d'une femme agé au lokk de serveuse de bar branché selon cette mere à son enfant agé accidenté; La mere est ddlaT. La soeur de la femme chauffeur est Marie M, toutes d'eux d'origine étrangére, Marie Métant désirée sexuellement malgré 50 ans d'écart par la mére, qui agissait selon un plan pouvant être mortel, éprouvé par sa patronne JCl, qui avait montré des années auparavant la photo à la future victime, du bleu en forme de bouche que provoque à la cuisse ce type de chute, selon des techniques du renseignement.
 
DDlaT mi septembre vient de faire provoquer un accident à un de nos chroniqueurs à l'aide d'une conductrice de bus urbain qu'elle
a fait embaucher à cet effet par les services de bus. Sur ordre de DDlaT des renseignements pour faire tomber et blesser voire plus, elle

la conductrice a effectué un double freinage, l'un pour extraire du siège, le second pour faire retomber gravement sans

pouvoir mettre les mains pour se protéger, surpris,  en train d'essayer de se relever. Il en résulte des cotes cassées, un voyage

et des rendez vous professionnels annulés. DDlaT  recrute parmi des personnes d'origine étrangères

en quête de travail, et qui ont, pour certains du pays colonisant de leur arrière grands parents, une haine initiale de gens d'un pays où ils ont voulu pourtant
venir et d'un milieu différent du leur.

DDlaT s'est adjoint les services d'un metteur en scène rg (Christian Gi), pour inventer et colporter des histoires qui n'existent pas,

afin d'alimenter de la haine envers nos chroniqueurs, sans cause réelle. DDlaT est sous la coupe de Madame JCl, Mr YFr et maintenant Mr JLe.

Son contrat de 30 ans contracté en 2010 lui permet où l'oblige, à des actes répréhensibles a perpétrer afin de rendre sa

 condamnation possible, ce qui convient aux psychopathes qui ont besoins de réitérer  leurs actes afin de "calmer" la douleur  ce qu'ils ont faits,

aussi ahurissant soit-il.

 

 

---------------------------------

Attention fabrique de cancer, avertir le monde médical de ces pratiques et la raison des effets constatés (aout 2018)

Il faut déplorer le cancer d'un propulsé en politique par l'aide du renseignement (via laT, qui avait aussi "prédit" son cancer, en "représailles" (jalousie lié à son physique agréable apprécié en tout les cas).
Un cancer ou précurseur de la maladie, comme, Claude, Pierre-Jean, Grégoire, la femme de Michel, Monica, Eve.
Il faut expliquer que des gens du voyage (dont les noms existent) provoquent des cancers, calculs, appendicite, à l'aide d'eau de javel et autres produits ménagers corrosifs, mis dans la nourriture, les boissons, de façon infime non décelable au gout, souvent par leur conjoint lorsqu'il leur reproche, officiellement ou non quelque chose, ou qu'ils n'aiment plus leur conjoint, pour causer maux de ventre, brûlures à l'estomac pouvant aller jusqu'au cancer. Des pions conseillent cela à d'autres personnes d'autres origines. Le produit n'est pas détecté, la personne se plaint d'aigreur d'estomac, de reflux gastrique, avec vomissements suivant la gravité, et si cela dure, d'œsophagite, et éventuellement de cancer de l'estomac, ou de la gorge. Il faudrait que les médecins soient au courant de ces pratiques, sans les nier comme aujourd'hui, car pour eux "ca n'existe pas". Savoir la cause des symptômes, ici un empoisonnement, est capital, tant dans le traitement que dans le fait d'éviter la récidive. Pour la personne, qui peut se soigner alors, et se méfier à l'avenir de ce risque.
Pour la personne en question, est-ce que sa femme aurait été montée contre ce sans famille, pour qu'elle fasse cela en lui invoquant "une bonne leçon, sans gravité", minimisant les risques ? Ou son entourage professionnel, lors de repas, de cocktails ?
Il faudrait lorsqu'on est à risque, lorsqu'une personne à fait des choses qu'on peut lui reprocher, aussi futiles soit-elles, mais qui peuvent être utilisées par le renseignement, où dans l'entourage de détraqués en lien avec ces services secrets, ne prendre que des choses à boire sous sticks, ou bouteilles fermées à usage unique. Cela pour l'eau bien sur, le café, le the, le chocolat, tout ce qui est en poudre et à boire; dans le cadre d'un harcèlement d'état, même les distributeur machines à café sont drogués (comme ce fut le cas en 2010 pour des personnes lambdas en France, et en Angleterre pour les ex informateurs père et fille ("L'Obs" juin 2018).
Dans le cas d'un harcèlement global (lors de "punition" pour contrat avec le renseignement, non tenu par exemple, même s'il y a eu mensonge de départ, que la personne visée n'a jamais eu de contrat), même les boissons aux distributeurs  finissent par être à proscrire, dans ce cas des employés y versent un sachet de poudres qu'on leur ordonne de donner (en leur disant parfois que ce sont des "vitamines", quelque chose sans gravité). On a vu le cas (2010) de "Belladone" mise ainsi dans ces boissons, provoquant, palpitations, une des pupilles dilatée, maux de tête comme dans un étaux, vertiges, somnolences, malaises, des effets que peuvent aussi donner de la cocaïne, sans autre cause qu'avoir bu des boissons à la machine. Des médicaments pour le cœur peuvent avoir été mis aussi (comme l'a fait une dame âgée, qui en a mis dans du café soluble, ce qui a causé une crise cardiaque à son mari et des palpitations et douleurs au cœur d'un de nos chroniqueurs en 2013-2014) sur le mode opératoire du renseignement.
Le renseignement à haut niveau s'alimente aux laboratoires des poisons justement situé dans ce pays ("L'Obs" juin 18).

Le 16 oct 16 (jour dont les dates sont une signature de son/ sa commanditaire qui puise dans des faits divers ayant traits avec il/elle) oct 2017, sur un lieu de restauration d'urgence, dans la rue, une dame agé benevole à empoisonné une personne, en mettant une drogue provoquant presque tout de suite, vertiges, exacerbations visuelles, maux de têtes, puis douleurs musculaires, à son paroxysmes une semaine après, une impression de ne plus avoir aucune force, sans muscles et qui sont douloureux. Un pion venu manger issu des gens du voyage comme la bénévole, aurait amené cela intentionnellement comme il l'a revendiqué à la demande de la mère obligée ou non par son "patron". L'empoisonneuse bénévole, qui a fait là, une tentative de meurtre (poison bu que de quelques gorgées) : "vous avez pas du en boire beaucoup, sinon vous serait pas là, ca tuerait un cheval ce qu'on vous a donné" a dit un jeune homme a cheveux long issue des gv, croisé dans la rue par la personne. A la suite de cet empoisonnement, suivi moins d'un an après par un autre, différent, mais dramatique également, s'est ensuivie une hypertension.

 
Attention au café moulu qui reste chez vous, on peut y avoir ajouter des produit provoquant diverses maladies ou handicaps, dont par de la simple poussière de saleté, qui provoque un cancer de l'œsophage avec ou non présence de la bactérie Elycobacter, qui non soigné peut devenir généralisé, comme ce fut le cas pour Yolande M (en 1981, empoisonné par sa fille). De même sans doute pour son compagnon, Gino, quelques années avant (cancer), dernier rempart de protection. Ainsi que probablement, dans les années 70-72, les parents d'une adolescente qui deviendra mère d'un petit garçon appelé Stéphane G.M, qui décédèrent à quelques jours-mois d'intervalles, subitement tombés malade sans cause, de façon inexpliquée.
Ce type d'empoisonnement se fait facilement dans les lieux d'urgences, par des bénévoles à qui quelqu'un donne des sachets (de substances en réalité nocives), ou explique ces pratiques de maltraitances graves ou même de crimes, pour que soient donnés ces nocifs, en minimisant leur effets, après calomnies sur la personne visée, sous forme de "bonnes leçons" prisées dans ces lieux. La personne qui donne ces ordres peut se  présenter comme étant du renseignement, bien vu dans certains lieux qui emploient eux même des pions pour que les uns surveillent les autres, pourquoi on se demande.
 
Bien évidemment dans de tels cas d'empoisonnement,  les médecins ne croient pas cela, formés pour ne pas croire cela malheureusement, et des victimes en danger peuvent se voir non soignées ou même internées lorsque le renseignement peut et veut le faire, lorsque la personne est isolée socialement.
C'est pourquoi ceux risquant d'être victime de ces pratiques, doivent avertir un maximum de gens susceptibles de les croire, recueillir un maximum de preuves, de leur dires déjà, de ce qui s'est passé, des effets, pour éviter de tomber aux griffes plus encore de ceux qui font cela. Ces victimes peuvent n'avoir rien fait de mal, être utilisées en appâts, être juste la proie de détraqués de cette organisation qui en emploient à dessin.

Ainsi une personne empoisonneuse, âgée à consulté son médecin de famille pour se renseigner pour savoir ce qui pouvait provoquer des acouphènes. Pour en provoqué à son enfant, âgé aussi. Le fait était prévu ou demandé par la "patronne" de  cette pionne qui devait en trouver le moyen, ou faire semblant que cela vienne de quelqu'un d'autre, et culpabiliser sa future victime, à qui elle avait demandé conseil dans cette recherche. Le médecin l'a envoyé à un spécialiste qui lui a dit, et elle n'a plus eu qu'a se procurer le toxique (par l'intermédiaire de quelqu'un issue des gv, qui ne pourrait se défendre). Le toxique à donné pour toujours des acouphènes permanentes, car le toxique (des solénoïdes) a tué les cellules ou terminaisons nerveuses de l'oreille interne (décembre 2016)

 
Cette traque, ce harcèlement,  à été inventée par le monde militaire, officiellement pour arriver à arrêter des criminels qu'on arriverait pas arrêter autrement, ce qui est absurde, et est soi-disant en passe d'être arrêté. Ce sont souvent des criminels qui s'amusent à harceler des victimes innocentes, par perversité, cautionnés par les services qui les emploient, qui les laisse faire car ils ont un contrat, et que tout ces méfaits se revendent également au cnrs, pour études du comportement humain en état de stress.  Ce qu'ils implantent ou administrent, sert à l'études de médicaments, ainsi de pauvres gens, souvent sans travail, démunis, isolés, se trouvent cobayes à leur insu. Cet énième homme ayant eu un cancer, à pu le contracter par ingestion de toxiques, à moins qu' un premier toxique l'ayant amené à l'hôpital est crée la possibilité d'une maladie inventée ou crée pour l'hospitalisation, car des médecins sont  parfois aux ordres de qui sait les faire obéir, quand le demandeur se déclare du corps policier (des renseignements), d'autant plus si le praticien à quelque chose à cacher. Des mensonges peuvent être énoncés pour faire agir le praticien, ou le faire chanter pour peu qu''on" ait trouvé quelque chose qu'on puisse lui reprocher, même sur un ordre personnel. L'homme visé qu"'on" voulait rendre malade a pu être incité  a des conduites à risques.
 
Un homme s'est vu retirer la presque totalités de ses intestins à l'occasion d'une occlusion intestinale (probablement provoquée), ce qui a entraîné un cancer dont il n'a pas survécu, de plus ayant peur de la poursuite de tels actes lors de traitements contre le cancer. Il avait été incité à se surpasser dans d'aide à son prochain, manipulé par un agent perturbateur, qui ensuite (par une jalousie initiale et pour se faire bien voir d'une mairie, que son aide iritait) l'a fait assassiner par le biais de cette maladie provoquée.

 

Il faut définitivement dire non aux renseignements, ne pas céder aux chantages, à la délation, à l'acceptation d'agir sans savoir, ne pas se faire justice soi même, s'entourer, déposer plaintes pour acter les dires de ce que l'on subit, savoir que cela existe, est fréquent. Faire connaître, dont au monde médical qui le nie, que les pratiques de harcèlement exercés par des pions (:personnes à qui on a demandé de faire quelque chose pour le compte d'un autre, et qui exécutent ce qui est demandé), dont des scènes de mimétismes, mimant la cible pour l'exaspérer, la moquer, lui faire perdre confiance, voire lui provoquer des accidents, existent.
.
 

 

 

Façon de procéder des "patrons" des "pions" :

la menace, l'intimidation, la dévalorisation. Le "pion" que le rg le manipulant, son patron, a re du coupable d'un acte condamnable (ou que le pion avait réalisé avant), est menacé d'être dénoncé s'il n'obéit pas. même s'il s'instaure un semblant de relations : "vous m'écoutez ? Est ce que vous étes capable de mener à bien cette mission sinon on la donne à quelqu'un d'autres ?" (la mission raporte des points, permettant au pion d'autres délits, ou manquement -ne pas faire ceci ou cela, dans sa vie courante-), ainsi parle Jacqueline C patronne de Ddlat au téléphone. DDdlat, qui aime les femmes, "collectionne" les prénoms de maitresses ou convoitée, Jacqueline, Danielle, Murielle, ainsi elles recrutent ou cherchent à être en relation, en convention avec sa patronne, avec des gens de ces prénoms, ce qui permet aussi de brouiller les pistes si au téléphone écoutée, elle les nomme. Un autre patron d'un autre indicateur porte des menaces sur "toute la famille" de son pion, s'il révèle qu'il fait des écoutes é domicile, ou s'il manque du papier dans l'imprimante qui ferait qu'une partie d'une conversation téléphonique captée ne serait pas retransmise dans son intégralité (attention toujours à ce que vous dites au téléphone, la pratique d'écoute est généralisée !). Il faudrait parler également des contrats rg sur des maisons cédés à bas prix par les rg (par manipulations) à des pions par leurs "patrons" rg, pour 50 ans, au bout du quel la maison est repris par le renseignement. ce ci aprés un acte condamnable par de la prison du pion, qui en échange sera pion 50 ans. Au délà la maison est récupéré sous des formes légales ou illégales, voire menacé sur la vie de la famille du pion. Le pion doit normalement revendre (symboliquement ou non mais par acte notarié) la maison, à un de ses enfants, qui doit la revendre à son tour. La maison est ensuite revendue en général, afin de diluer les nouveaux pions, qu'on ne puisse assurer que la maison soit à nouveau à un pion.

 

-------------------------------------

 

A l'occasion de la disparition de l'illustre Jeanne, aimée de tous (2017) :

"Cette disparition ressemble avoir une signature ("ddlt ?") : dernier jour de la semaine, du mois, ou encore en tout début de mois, ou le 17, 22 ou 23, âge avant tel chiffre rond, consonance de noms, de prénoms, etc.... La meilleure des serrures ne protègent pas des professionnels, qui s'aident d'alliances à tous niveaux y compris dans les hôpitaux, l'aide à domicile, la famille...Que penser quand des années auparavant une personne inconnue de vous ("Madame Cl), et qui connaît tout de vous, vous demande, à quel période, voire quel jour il serait mieux, médiatiquement parlant ou cyniquement, "humainement" parlant, ce serait mieux pour telle personne de mourir ?... Ou soi même quel jour préférerait-on mourir ?". Ceci après vous avoir dit : "Vous n'êtes rien pour nous, d'un coup, peuff, on vous tue ! Là, moi si je veux, je peux vous jeter de la voiture, et personne ne me retrouvera je vous l'assure, et c'est pas la peine de parler, si vous sautez pas avant, parce que personne ne vous croira, face à moi !" "Vous allez m'écouter, sinon je vous jette sur la route, on nous apprends à faire ça aussi !" (dixit 2010) (ndlr : dans le renseignement).  De quel corps de métier peut faire parti une telle personne, d'apparence normale, avec un tel discours ?  La dame ne cache pas vraiment son appartenance, non plus lorsqu'elle prépare la disparition de Mr De Margerie, "on va utiliser le scénario de "La grande vadrouille". Avec ordre par intermédiaires (les initiateurs n'ont jamais les mains sales, ils sont en col blanc, irréprochables sous tous rapports) donné à un employé, de laisser sa déneigeuse... Que faut il penser quand ce qui a été prévu se réalise ? Quand on parle de "théorie du complot", toujours à la négative, on induit par le mot "théorie", qu'il n'y pas de plan préparé en secret prenant tout en compte afin de le réussir. N'est ce pas pourtant ce que l'on appelle un complot que ce plan préparé ? Si on continue à nier ces faits programmées, qui les commanditent et comment ces gens trouvent à recruter des pions, ils continueront. Il parait que peu de monde meurt de façon vraiment naturelle. Il faudrait se tenir hors, du monde médiatique, de celui des hôpitaux, même des médecins, de proches qui n'ont pas ou plus envi de s'occuper de nous, de disputes avec des inconnus; de porter une opinion. Et être prévenu que l'empoisonnement existe partout. A l'aide de petites doses de produits courants, de médicaments broyés, de statines et de lithium par exemple, ou encore de stupéfiants, de compléments alimentaires et autres granules, mis dans nourritures et boissons. Le Cnrs est en liens, les calculs de probabilité et de psychologie sont essentielles dans ces plans préparées des années à l'avance. Et il normal que la femme d'un médecin (Corinne B) de la santé publique, qui travaille pour le renseignement, "punisse" en lui donnant une petite portion ressemblant à la cigue d'un poison violent, à une personne venue manger là où était cette bénévole infiltrée qui lui a fait boire le poison dans un café, avec l'aide d'un complice, sans même sans cacher, juste pour l'avoir désigner comme indicatrice, lui avoir dit avoir été drogué auparavant dans un autre lieu de la mairie ? est ce normal d'accepter de tuer quelqu'un de pauvre et d'honnête parce qu'il l'est , sous prétexte du secret du renseignement , de la suprématie des puissants face aux pauvres qui n'ont pas le droit à la parole, ni même à dénoncer qu'on a chercher à les empoisonner dans des lieux d'urgences pour sdf et gens pauvres ? Est ce normal qu'un pauvre ne puisse dénoncer avoir assisté à un assassinat par administration de cigue dans une boisson par un homme forcément issue du renseignement, pour le faire, et menacer si on le dénonce, demandant aux pompiers d'enregistrer une simple crise cardiaque tandis qu'elle a été provoqué par le poison ?  Est ce normal de ne pas dire que ce jeune homme incarcéré pour avoir participer à des attentats, a été "ferré" depuis ses 14 ans à épouser cette cause dont par bien des manipulations, afin de le conduire à se trouver incité puis obligé, menacé ? Tout ca pourquoi ? pour faire changer nos gouvernement, élire le partisan et à défaut l'impromptu-prévue place ?" "Il faudra rajouter maintenant un tueur en série médiatique en ce moment, qui a été incité par la dame J Clochard de son nom propre, et selon des scénaris décidés par elle, et une dernière victime choisie ou en tout les cas qu'elle savait être future. Pourquoi laisse t on faire ainsi, le renseignement qui nous menace si on les dénonce ? , D'une part les meneurs détraqués, encouragent des psychopathes ou en créent, ensuite sont votés des crédits supplémentaires alloués à l'armée, la police, le renseignement, les séries de drames font aussi acheter des journaux....

 

 

 

Ce qu'est la délation (indicateur)

Il est nécessaire de comprendre que le renseignement est une délation, un acte de trahison morale et éthique. Ce travail, exercé dirons nous très souvent, par des personnes perverses, normalement en prison leur vie entière s'ils n'avaient accepter de travailler pour "leurs ennemis" (la police). Ces gens trouvent dans cet emploi, une possibilité d'exercer leur perversité, gratifiée par des "points de malfaisances" qui mesurent leur "savoir faire criminel". Ces  agents secrets et autres indicateurs sont dirigés par un supérieur, qui les manipulent, les forces à réitérer leurs actes criminels, afin officiellement, qu'ils puissent à nouveau être condamnables, afin de les maintenir dans un état de dépendance au bon vouloir du supérieur.

Les pervers se voit confiés des actes non autorisés, déviés, parfois juste pour leur propre satisfaction ce qui les paient en nature. Nous sommes au regret de déplorer l'emploi entre autres, de gens du voyage, souvent très pauvres, de déficients ou handicapés, de  personnes qui ont l'occasion d'en vouloir aux autres, et qui ont pour "patron" (leur supérieur) des personnes de même origines (ddlt par exemple et Mr Frain, Madame Clochard). Electrons enchaînés, libres à détruire le monde par incitation, sinon par actes directs (attentats actuels,  nouvelles technologies de surveillances visant à pucer des personnes, ingestions d'émetteurs hautement toxiques nano miniaturisés comme les puces rfid cachées des cartes d'identité considérablement ototoxiques, donnant au moins à court terme une baisse d'audition accompagnés de terribles acouphènes car ces toxiques détruisent les cils auditifs, qui ne se régénèrent jamais et qui ne transmettant plus une partie ou tout, son, ce qui donnent à entendre ce bruit permanent, signe d'absence de transmission, etc).
Des entités gouvernementale (comme Mr MV) utilisent des personnes, qui ne seront pas crus, s'ils venaient à parler  de la personne qui les "couvrent", et les ont commandités (leur "patron")", ou des clochards rencontrés par hasard, qui ne seront pas crus s'ils disaient avoir été menacé par des personnes ainsi haut placés qui les ont informés de tels faits (on ne sait pourquoi)..

 

-----------------------------

 

"Appel à l'attention aux auteurs et metteurs en scènes de spectacles de ne pas écouter de conseils de personnes uniquement rencontrés au téléphone, ce qui est un mode opératoire de personne du renseignement, qui par essence sont là pour tromper, duper, l'autre, avec menaces parfois, et sous le sceau du secret que leur confère leur travail."

 

---------------------------

 

LES MEFAITS DES RG

LE HARCELEMENT

Pour ne plus jamais dire à ceux qui veulent dénoncer la pratique des espions,
qu'ils sont fous, que ça n'existe pas,
qu'ils sont "trop petits" pour faire l'objet de harcèlement de cette police cachée
oeuvrant à l'aide de scènes de mimétismes quotidiennes (faites par des "pions"), fausses rumeurs, désinformations :
 
 Pour connaître l'ignominie du métier d'informateur, et ce à quoi cela mène
(encourager des délinquants à agir, fomenter des actes délinquants, à l'aide de plusieurs personnes commanditées, qui agissent, sans savoir la vraie raison et le but réel, de ce qui leur est demandé, ou qui est faux lorsque il est expliqué-)

 

http://www.atlantico.fr/decryptage/dgsi-recrute-espions-comment-savoir-avez-profil-eric-denece-1072531.html

copie de l'article,   publié le :

DGSI recrute espions

Atlantico : La Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), qui remplace la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), va recruter dans les cinq ans 430 analystes, interprètes, informaticiens ou chercheurs en plus des 3 600 policiers de l'actuelle DCRI.

 

Un agent de renseignementest un indicateur, c'est un délinquant au sens propre que l'on a recruté, que l'on forme et que l'on manipule.

-----------------------------------------

Dossier de Jocelyne Abadie :

http://www.conscience-vraie.info/harcelement-en-reseau.htm

extrait :

L'anonymat des indicateurs est-il obligatoire ? Oui, c'est inscrit dans la loi Perben II de 2004. Dans les fichiers, les indics sont identifiés par un numéro de code formé à partir des lettres de leur nom, de leur sexe et de leur date de naissance.

 

 

Pour que l'on sache ce qu'est un indicateur, un agent secret

Des indicateurs perpétrant des faits délinquants, falsifiées par les commanditaires (indicateurs qui  font ce qu'on leur demandent pour de l'argent, monnayer une clémence, satisfaire une perversion), obéissant à leur référent agent : Yves F-L, Marie Charlotte B, Madame Clochard (nom si répandu), l'agent ex policier Monsieur Laurent (devenu agent secret, comme Mr Frain, après avoir torturée puis mis à mort en la battant une enfant violée par sa maitresse qu'il a préféré croire, sans croire l'enfant, détestant les enfants, avec l'ordre de son collègue Mr Frain, à la mère, de "finir le travail", en continuant de la torturer avec des produits toxiques et sales faisant actes de barbaries, sans boire, pour faire mourir son enfant, selon la loi d'une communauté barbare qui élimine ceux dont ils ne veulent plus, au lieu de leur rendre leur liberté (donner son enfant a la dass, laisser partir sa femme), de peur qu'ils parlent. Et les pions informateurs : Maxime, Anthony, Danielle L, Christian B, Jérôme L (tueur en série de bien plus de 9 personnes, infiltré à pole emploi pour officiellement dénoncer des demandeurs d'asile), Audrey B (infiltré à pole emploi). Ces derniers font entre autres, à domicile, des écoutes téléphoniques (théoriquement sous cette forme, illégales), en retranscrivant par écrit les conversations par un logiciel qui met par écrit ces conversations captées. Des  noms : les L cités, Jean-Raphael B, Guy K (assassin de plusieurs personnes dont sa femme, tandis que sa compagne actuelle dénonce des demandeurs d'asile, sous pseudo Marylin). Ces gens  font parfois aussi, de la surveillance vidéo de gens listée (ou de personnes que des "amis" leur demandent à rajouter à la liste), filmés chez eux. Comme le font les "Leroy", les "Karlson", "Marie Charlotte B", Jérôme L. Tout ceci se fait (mention qui suit à été piraté par bandes noires intempestive, donc réécrit: : "avec l'aval de services sociaux" (allusion à un cas précis, par un ccas), qui le demande de manière officieuse (dites "enquêtes préalables"). Une assistante sociale, Camille B, pratique le travail d'espion et recueille des informations qu'elle redonne à ses supérieur du renseignement, exige et menace dans son bureau, des propos privées hors sujet de son travail, de ses usagers lors d'un rendez vous.

 

 

A cette liste, on pourra trouver sur internet, le fait du "savoir faire criminel répertorié" et noté par un nombre de points, d'un agent perturbateur indicateur travaillant.

Wikipedia : a indicateur, agent secret, agent perturbateur. Et les fiches cidj : des métiers d'indicateur, informateur

Voilà où passent nos impôts, d'ou viennent les guerres, les accidents, les faits divers...

Les dernières élections ont faits l'objet d'un plan qui se déroulent comme prévu, et qui avait pour but l'élection de ce président.

 

Les indics et policiers en civil (Bac ?) Lyonnais à la station de nuit des bus longues distances (au café)

Les indicateurs prennent en stop, se déguise en passager avec valise, comme systématiquement, à l'arrêt de nuit des bus grandes lignes à Lyon, ville du renseignement, ou homos, bi, mangeuse de pizzas issue des douanes en civil déguisée en future passagère,  future preneuse d'avion, en "famille", ou jeune femme en habit de soirée venue chercher du feu, du renseignements, jouent le rôle qu'ils se sont donnés, souvent proche de ce qu'ils sont dans leur vie, ou pas. Ils retardent au besoin l'ensemble des bus. Comme la petite femme brune aux cheveux mi longs, jean et veste noire très snob, commandeuse de pizzas en pleine nuit, au café fermé où on peut s'instaler en terrasse. S'inventent des destinations, ou prenant réellement le transport dit attendue.. Comme l'homo-bi bon chic bon genre, accompagné de jeunes hommes d'apparence exubérantes. Observateur de la jeune femme, tous Indicateurs, en communication avec les douanes en train de fouiller les cartons postaux d'expédition d'une victime, en attente du bus en faace d'eux mais non au courant de ce qui se trame, dont la mère delinquante est agent perturbateur. La femme se moque des goût musicaux de la victime, commente les chansons trouvés dans les éléments informatiques et audio visuel des cartons de la victime envoyés par la poste, à des centaines de kilomètres. Qui  seront récupérés par la victime, tous fouillés, contenu d'ordinateur privé  ainsi que tablette, copié, ce qui parait illégal pour les douanes même. Voilà a quoi sert les impôts : à la violation de vie privé de notoires personnes impliqués dans rien pourtant.

 

 

Extrait de témoignage individuel :

"Quand sera mise en place une loi permettant de porter en justice un contrat d'indic et de faire condamner un referant policier du contrat qu'il a établit avec son indic ?

"Faites attention aux gens de maison de vos personnes âgées,  manipulés par des personnes du renseignements, qui peuvent les conduire à droguer leurs employeurs, favoriser leurs égarements, leurs conduites, leurs états d'esprit. Attention à l'escalier savonné pour le rendre glissant et que votre personne âgée tombe (comme la mère de "Mireille", pour citer un cas précis). Le médecin qui les soigne peut être conditionné, mandaté, pour faire une erreur fatale pour le patient désigné. Tout un chacun peut avoir quelques chose à se reprocher et l'employé des rg va vous faire chanter, pour vous faire accepter de nuire. Il ne faut pas céder, si peut important que vous paraisse ce qu'on vous demande, vous pourriez avoir la mort de quelqu'un sur la conscience. Ne divulguez pas les paroles de quelqu'un qui s'est confié à vous, parce que quelqu'un vous a demandé de favoriser ces aveux : vous participeriez au pire, pour cette personne. Les gens des renseignements sont là pour nuire, formés à l'insensibilité, sans morale, ce sont des mercenaires, qui trahissent au besoin même leur famille. L'indic qui a un référent, n'a plus de vie personnelle, il doit donner sa vie à son "patron" qui le fait chanter. Celui qui prends un contrat d'indic n'a plus d'espoir, c'est sans doute  pire que de payer une dette de justice, son référent ayant un droit de vie ou de mort sur lui.

Il est nécessaire qu'il y ait une loi, permettant d'attaquer en justice le référent, pouvoir rompre le contrat, faire condamner le référant policier abusif. Actuellement, l'indicateur ne peut  faire condamner son patron, faute de loi précise et appliquée à ce sujet.  Aussi celui qui veut arrêter son contrat, sera conduit au suicide, voire assassiné, de façon dissimulée, par manipulation d'autrui, fausses rumeurs, désinformations. Le référent policier engage un harcèlement total, en représailles pour l'indicateur qui n'aurait pas respecté son contrat (même si cela est faux, sur le mensonge d'un autre indicateur), selon des techniques de terreurs, dites réservés à ce que se rendre les criminels. La sphère policière des rg cherchera a faire interner l'indic récalcitrant, ce qui pourra conduire directement à sa mort. Il pourra être mutilé par le corps médical; ceci d'autant plus, si l'indic est d'une ethnie dite minoritaire méprisée. Il ne pourra porter plainte, puisque c'est la police qui l'aura harcelé, agressé. Le chantage est un des moyen de pression privilégié par les acteurs du harcèlement. La chaîne crée par les indics, pions occasionnels, référent, est longue, les méfaits de même.

Une loi doit sanctionner le harcèlement policier, née du contrat d'indic en vue de clémences monnayées. Actuellement le référent policier agent secret est très difficilement condamné; c'est inadmissible. Une note ministérielle devrait informer de la pratique de harcèlement, dans toutes les administrations et corps de métiers, où on la pratique couramment, afin que la victime puisse se défendre et ne se voit pas répondre que : "c'est dans son imagination". Les médecins sont désinformés, pour qu'ils n'accréditent pas le fait du harcèlement, exercés aussi par ld'autres membres de leur corps médical, et des administrations".

"Les concours de circonstances n'existent en fait que très rarement, des plans oui,. aussi futile en apparence soit-ils, travail de fourmis. A ce propos Alain Chamfort a été manipulé pour chanter une chanson dont les paroles ne lui convenait pas : c'est une personne des rg qui donne ce type de mauvais conseils, éventuellement suivant son emploi "d'agent perturbateur" (c'est donc sur ordre de supérieur, que l'agent perturbateur incite à mal faire, ce qui peut aller très loin, au delà de l'autorisé, c'est à dire inciter un assassinat à une personne dont on sait qu'elle obéira certainement -cf 2010, un indic se fait passer pour quelqu'un d'autre pour faire "exécuter sa commande", puis ordonne à l'agent d'écoute travaillant à  domicile, pour qu'il inverse les numéros de téléphone, et donc l'origine du discours des personnes écoutées, soit, du commanditaire, de l'innocent qui n'a rien fait, et de l'exécutant qui croyait avoir à faire a quelqu'un d'autre-)".

Le renseignement fait harceler outre celui qui est censé ne pas avoir obéi, mais aussi le trop mauvais indicateur, qui indique des choses fausses, pour lui faire arrêter son travail d'indic.  Mais un indicateur qui a suffisamment de points de malfaisances, peut faire payer sa dette par une autre personne qu'il désigne, c'est à dire qu'une autre personne sera harcelée à sa place, tandis que n'ayant rien fait de mal, ce qui est ahurissant.  Le renseignement protège son indicateur, même s'il ment. Car théoriquement l'indicateur qui ment est tué. Seul compte vraiment, pour le renseignement, les actes de malfaisances exercées, la satisfaction de son indicateur gradé, même par des points indûment acquis (pour des causes personnelles). Aussi, tout le monde laisse faire, d'autant qu'officiellement ce harcèlement qu'on appelle d'état, ou harcèlement global, exercés par des indicateurs sur demandes, n'existe pas... Voila un grand drame de cette organisation de type mafieuse.

 

 

Sur le harcèlement, consulter les dossiers entra autres de Jocelyne Abadie et Nicolas Désurmont

mots clés : conscience vraie, harcèlement global en réseaux