retour

 

FAITS DE SOCIETES, TEMOIGNAGES

 

 

Soutient au L214,

association de lutte contre la maltraitance animale, dans notamment les conditions d'abattage, qu'ils ont pu

filmer pour les dénoncer, filmage  remis en cause par la nouvelle loi qui veut l'interdire.

Mrs au gouvernement, élus, sur les décombres des centaines de victimes des attentats sans compter

les auteurs manipulés à le faire, afin de faire élire un réformateur inconnu, veillez maintenant à

respecter un engagement notamment pour le respect de la vie animale, et le respect des droits

de vies fondamentaux

 

--------------------------------------------

 

 

Anecdote a propos d'un spectacle concert,  juillet 2018
à propos des pratiques du renseignements dans une file d'attente, et ce que fait cette organisation
Des personnes dans la file d'attente font entendre des conversations a nos chroniqueurs  et organisent un plan pour qu'ils puissent entrer. Si favoriser le fait de pouvoir entrer quand la place est limité est gentil, il est exaspérant de ne pas s'adresser à des personnes dont on parle dans le but qu'elles entendent ce qu'on disent d'elle. ddlt est derrière ces faits à n'en pas douter, ordonne et on lui obéit, promet des aides certainement pour cela, qui trouve leur "punition" contre ceux qui ont acceptés, ou parfois contre d'autres inconnus, en contrepartie, car le renseignement ne donne jamais rien, et se retourne à l'envie contre celui qui a accepté de collaborer, selon la règle de trahison de ce fonctionnement militaire, ce qui leur permet d'obtenir des "points de malfaisances" qui couvriront des méfaits personnels.
Lorsqu'on est dans une file en liste d'attente, c'est une prise d'otage que ces pratiques. Il n'y a rien attendre de nos chroniqueurs, et encore moins, par ceux ou celles qui les harcèlent, issus du renseignement.
C'est le renseignement qui a du par l'intermédiaire de Madame Clochard, patronne de ddlat qui connaitrait les gens de la file d'attente, ordonner "l'élimination" de l'étudiant Egyptien, dont un homme sur scène est venu lire quelques phrases, issus de sa thèse sur des associations d'aides dans la lutte contre l'oppression qui règne dans le pays en dictature, raison de cet assassinat pour en faire un exemple. Dans ce cas le renseignement d'un pays appelle le renseignement d'un autre, et mandate un assassin de métier, souvent un ancien militaire ou policier, qui sera non poursuivi pour les assassinats qui lui ont été commandé (en France les victimes étant en général sélectionnées sans famille ni personnes influentes pouvant faire enquêter). Cet assassin pourra se retrouver employé d'état, à pole emploi par exemple. Comme l'est Jérôme, employé de pole emploi, sur le lieu où s'est déterminé son crime d'une mère après l'assassinat provoqué du fils, qui a eu lieu trois blocs d'immeuble plus loin, homme qui a assassiné une dizaines de personnes dans les années 90, pour le compte de pions indicateurs, pour "raisons privés" (vexations ou satisfaction de pervers), dont sa récente maitresse, un père naturel qui était en voie de reprendre contact avec son fils, un jeune homme simple fumeur de cannabis, le compagnon d'une femme Algérienne incitée à trouver qu'il ne rapportait pas assez d'argent avec ses réparations de réfrigérateurs, une mère de famille qui pleurait l'assassinat de son fils incité (voir mis de force dans l'avion) a rentrer dans son pays d'origine sous dictature où il était en danger, et qui voulait découvrir le commanditaire, lui demander la raison, qui a été tuée à bout portant d'une balle d'un révolver de service conservé, ceci sur la futile raison que le commanditaire risquait d'être quitté par sa femme si la mère incitée se plaignait auprès d'elle des conséquences du travail d'indic de son mari, probablement le meurtre d'une jeune étudiante en Angleterre qui voulait faire venir sa famille d'un pays en guerre, probablement un expert automobile brillant, gentil et honnête en vacances en Espagne (en soudoyant un garagiste de laisser un outil qui bloquerait la roue en marche) sur de fausses et futiles indications. Pour faire réaliser ces assassinats, le commanditaire souvent se sert d'un petit acte qu'on peut reprocher à la future victime, aussi futile soit-il, qui sert a faire agir l'assassin, mais aussi et surtout à couvrir, détourner les soupçons sur un mobile inexistant en fait (ce sont donc bien des innocents qui sont assassinés, avec enquête classée sans suite de la police, protégeant leurs collaborateurs du renseignement). C'est ignoble et amoral que cet homme soit là, libre, et donnant des leçon de pole emploi aux autres.

 

-------------------------------------

 

Le dramatique "accident" du pont de Gennes en Italie le 14 Aout 2018

En date du 14 Aout un pont de Gennes en Italie s'écroule. Paris Match n°3615 détaille cela (le numéro du journal n'est pas un hasard). Le groupe de Français partie pour le 15 Aout, parmi les 43 victimes, avait été prévu des années à l'avance, avec détail du parcours de chacun, victimes innocentes, utilisées, par des personnes en stop il y si longtemps que le souvenir est imprécis.

Est plus précis sur ce témoignage, le souvenir de cette question posée à un stoppeur à savoir :

"vaudrait il mieux que le fleuve en dessous soit à sec ou a cru au moment où le pont tombera ?"
Il avait été prévu que la première personne le plus au bout du pont, aurait peut être la chance de sortir vivante malgré la chute (ce qui a eu lieu), pas les suivantes car écrasées par le pont en miettes, en plus du choc de la chute, mais que si fleuve était en cru, sortir serait plus long. Le poids de la chute pouvait faire plonger au fond les véhicules.
 Puis la période de l'année plus précisément, car ces "personnes" souhaitaient "qu'il y ait du monde quand ca se produirait, mais pas trop non plus".
Horrible propos pour signifier que les problèmes du pont (décrites dans le journal), si précisément connus de ces personnes, ne donnent pas de raison pour causer la chute du pont précisément ce jour là, et sur le passage de ces gens là, Français, alimentant la gravité du fait, qui devient Français.
C'est sans doute donc, un explosif léger à télécommandes extérieures, qui a été utilisé, suivant au gps le passage de la voiture sur ce pont d'un kilomètres, ce qui n'est pas si long pour le franchir, quelques minutes sans doute. Après sollicitation extérieure (selon volonté gens en stop qui ont du infiltrer des solliciteurs)
 a un des jeune homme, d'envoyer un sms aprés avoir passé la frontière (Paris Match)
Ces faits politiques sont offert en offrandes à des pions, en leur permettant une "signature" par jeu de mots, comme ici : "pain de Gennes" (en relation avec un film récemment passé à la télévision sur le pain avec une notion sexuelle, passage télévisé "géré" comme le reste, "pont du 15 aout", "pont Morandi" (consonance d'un autre nom connu des "offerts").
La lecture de ParisMatch ne cache pas la joie affiché de politiques sur ces faits "prévues", par des architectes experts, qui en revanche n'avaient pas prévu une date et une heure précise.
Comme toujours il y a certainement alliance de pays différents.
A moins que ce ne soit un "cadeau" de l'un envers l'autre, à charge de revanche.

 

 

---------------------------------

Attention fabrique de cancer, avertir le monde médical de ces pratiques et la raison des effets constatés (aout 2018)

Il faut déplorer le récent cancer d'un récent politique, propulsé en politique par l'aide du renseignement, qui avait aussi "prédit" son cancer, en "représailles" (jalousie d'un autre ordre)
Le même apparemment, que Claude, Pierre-Jean, Grégoire, et des précurseurs de la maladie chez la femme de Michel, Monica, Eve.
Il faut expliquer que des gens du voyage (dont les noms existent) provoquent des cancers, calculs, appendicite, à l'aide d'eau de javel et autres produits ménagers corrosifs, mis dans la nourriture, les boissons, de façon infimes non décelable au gout, souvent par leur conjoint lorsqu'il leur reproche officiellement ou non quelque chose, ou qu'ils ne l'aime plus, pour lui causer maux de ventre, brulures à l'estomac, pouvant aller jusqu'au cancer. Des pions conseillent cela à d'autres personnes, d'autres origines. Le produit n'est pas détecté en petite dose, la personne se plaint d'aigreur d'estomac, de reflux gastrique, avec vomissements suivant la gravité, et si cela dure, d'œsophagite, et éventuellement de cancer de l'estomac, ou même de la gorge. Il faudrait que les médecins soient au courant de ces pratiques, sans les nier comme aujourd'hui, car pour eux "ca n'existe pas". Savoir la cause des symptômes, ici un empoisonnement, est capital, tant dans le traitement que dans le fait d'éviter la récidive. Pour la personne même. Et pour se méfier à l'avenir de cette possibilité.
Pour la personne en question, est-ce que sa femme aurait été montée contre ce "sans famille", pour qu'elle fasse cela en lui invoquant "une bonne leçon, sans gravité", minimisant les risques ? Ou son entourage professionnel, lors de repas, de cocktails ?
Il faudrait lorsqu'on est à risque, lorsqu'une personne à fait des choses qu'on peut lui reprocher, aussi futiles soit-elles, mais qui peuvent être utilisées par le renseignement, où dans l'entourage de détraqués en lien avec  ces services, ne prendre que des choses à boire sous sticks, ou bouteilles fermées à usage unique. Cela pour l'eau bien sur, le café, le the, le chocolat, tout ce qui est en poudre et à boire.
Dans le cas d'un harcèlement global (lors de "punition" pour contrat non tenu par exemple, même s'il y a eu mensonge de départ et que la personne visée n'a jamais eu de contrat), même les boissons aux distributeurs  finissent par être à proscrire, dans ce cas les employés (le cas a été avéré en 2010) peuvent avoir y versé un sachet de poudres qu'on leur ordonne de donner (appelé "vitamines"). On a vu le cas de "Belladone" mise ainsi dans ces boissons, provoquant, palpitations, une des pupilles dilatée, maux de tête comme dans un étaux, vertiges, somnolences, malaises, des effets que peuvent aussi donner de la cocaïne, sans autre cause qu'avoir bu de ces boissons à la machine. Des médicaments pour le cœur peuvent avoir été mis aussi (comme l'a fait une dame âgée, qui en a mis dans du café soluble, ce qui a causé une crise cardiaque à son mari et des palpitations et douleurs au cœur d'un de nos chroniqueurs en 2013-2014) sur le mode opératoire du renseignement comme en parle "le Nouvel Obs" de juin 2018, sur un ex espions empoisonné en Angleterre avec sa fille.
Le renseignement à haut niveau s'alimente aux laboratoires des poisons justement situé dans ce pays.
 
Attention au café moulu qui reste chez vous, on peut y avoir ajouter des substances provoquant un cancer, dont par de la simple poussière de saleté, qui provoque un cancer de l'œsophage avec ou non présence de la bactérie Elycobacter, cancer grave qui non soigné peut devenir généralisé, comme ce fut le cas pour Yolande M (en 1981). De même sans doute pour son compagnon, Gino, quelques années avant (cancer). Ainsi que probablement, dans les années 70-72, les parents d'une adolescente qui deviendra mère d'un petit garçon appelé Stéphane G.M, qui décédèrent à quelques jours-mois d'intervalles subitement tombés malade sans cause trouvée (cancer probablement, inexpliqué).
Ce type d'empoisonnement se fait facilement dans les lieux d'urgences, par des bénévoles à qui quelqu'un donne des sachets (de substances en réalité nocives), ou explique ces pratiques de maltraitances graves pour que soient donnés ces nocifs, en minimisant leur effets, après calomnies sur la personne visée, sous forme de "bonne leçon", prisées dans ces lieux. La personne qui donne ces ordres peut se  présenter comme étant du renseignement, bien vu dans certains lieux qui emploient eux même des pions pour que les uns surveillent les autres, pourquoi on se demande.
 
Bien évidemment dans de tels cas d'empoisonnement,  les médecins ne croient pas cela, formés pour ne pas croire cela malheureusement, et des victimes en danger peuvent se voir non soignées ou même internées lorsque le renseignement peut et veut le faire, lorsque la personne est isolée socialement.
C'est pourquoi ceux risquant d'être victime de ces pratiques, doivent avertir un maximum de gens susceptibles de les croire, recueillir un maximum de preuves, de leur dires déjà, de ce qui s'est passé, des effets, pour éviter de tomber aux griffes plus encore de ceux qui font cela. Ces victimes peuvent n'avoir rien fait de mal, être utilisées en appâts, être juste la proie de détraqués de cette organisation qui en emploient à dessin.
 
Cette traque, ce harcèlement,  à été inventée par le monde militaire, officiellement pour arriver à arrêter des criminels qu'on arriverait pas arrêter autrement, ce qui est absurde, et est soi-disant en passe d'être arrêté.
En fait ce sont souvent des criminels qui s'amusent à harceler des victimes innocentes, par perversité, cautionné par les services qui les emploient, qui les laisse faire car ils ont un contrat, et que tout ces méfaits se revendent également au cnrs, pour études du comportement humain en état de stress.
Ce qu'ils implantent ou administrent, sert à l'études de médicaments, ainsi de pauvres gens, souvent sans travail, démunis, isolés, se trouvent cobayes à leur insu.
Cet énième homme ayant eu un cancer, à pu le contracter donc par ingestion de toxiques, à moins que un premier toxique l'ayant amené à l'hôpital ait crée la possibilité d'une maladie inventée ou crée pour l'hospitalisation, car des médecins sont aussi parfois, aux ordres de qui sait les faire obéir aussi invraisemblable que cela puise paraitre, quand le demandeur se déclare du corps policier (des renseignements), bien entendus des mensonges sont souvent également énoncés pour faire agir le praticien, parfois le faire chanter pour peu qu"on" est trouvé quelque chose qu'on puisse lui reprocher, même d'un ordre personnel.
Ainsi il y a exemple d'un homme qui s'est vu retirer la presque totalités de ses intestins pour une occlusion intestinale probablement provoquée, ce qui a entrainé un cancer, dont il n'a pas survécu, de plus ayant peur de la poursuite de tels actes lors de traitements contre le cancer. Il avait accepté de se surpasser dans d'aide a son prochain, manipulé par un agent perturbateur, à agir mal habilement, qui ensuite (par une jalousie initiale, et pour se faire bien voir d'une mairie que son aide dérangeai), l'a fait assassiner, par le biais de cette maladie provoquée.
Il faut définitivement dire non aux renseignements, ne pas céder aux chantages, à la délation, à l'acceptation d'agir sans savoir pourquoi, et sans avoir vérifier par soi même ce qui est dit, ne pas se faire justice soi même, s'entourer, déposer plaintes pour acter les dires  de ce qu'on subit, savoir que cela existe, est fréquent. Faire connaitre, dont au monde médical qui le nie, que ses pratiques existent.
 

 

--------------------------------------

 

A l'occasion de la disparition de l'illustre Jeanne, aimée de tous (2017) :

"Cette disparition ressemble avoir une signature ("ddlt ?") : dernier jour de la semaine, du mois, ou encore en tout début de mois, ou le 17, 22 ou 23, âge avant tel chiffre rond, consonance de noms, de prénoms, etc.... La meilleure des serrures ne protègent pas des professionnels, qui s'aident d'alliances à tous niveaux y compris dans les hôpitaux, l'aide à domicile, la famille...Que penser quand des années auparavant une personne inconnue de vous ("Madame Cl), et qui connaît tout de vous, vous demande, à quel période, voire quel jour il serait mieux, médiatiquement parlant ou cyniquement, "humainement" parlant, ce serait mieux pour telle personne de mourir ?... Ou soi même quel jour préférerait-on mourir ?". Ceci après vous avoir dit : "Vous n'êtes rien pour nous, d'un coup, peuff, on vous tue ! Là, moi si je veux, je peux vous jeter de la voiture, et personne ne me retrouvera je vous l'assure, et c'est pas la peine de parler, si vous sautez pas avant, parce que personne ne vous croira, face à moi !" "Vous allez m'écouter, sinon je vous jette sur la route, on nous apprends à faire ça aussi !" (dixit 2010) (ndlr : dans le renseignement).  De quel corps de métier peut faire parti une telle personne, d'apparence normale, avec un tel discours ?  La dame ne cache pas vraiment son appartenance, non plus lorsqu'elle prépare la disparition de Mr De Margerie, "on va utiliser le scénario de "La grande vadrouille". Avec ordre par intermédiaires (les initiateurs n'ont jamais les mains sales, ils sont en col blanc, irréprochables sous tous rapports) donné à un employé, de laisser sa déneigeuse... Que faut il penser quand ce qui a été prévu se réalise ? Quand on parle de "théorie du complot", toujours à la négative, on induit par le mot "théorie", qu'il n'y pas de plan préparé en secret prenant tout en compte afin de le réussir. N'est ce pas pourtant ce que l'on appelle un complot que ce plan préparé ? Si on continue à nier ces faits programmées, qui les commanditent et comment ces gens trouvent à recruter des pions, ils continueront. Il parait que peu de monde meurt de façon vraiment naturelle. Il faudrait se tenir hors, du monde médiatique, de celui des hôpitaux, même des médecins, de proches qui n'ont pas ou plus envi de s'occuper de nous, de disputes avec des inconnus; de porter une opinion. Et être prévenu que l'empoisonnement existe partout. A l'aide de petites doses de produits courants, de médicaments broyés, de statines et de lithium par exemple, ou encore de stupéfiants, de compléments alimentaires et autres granules, mis dans nourritures et boissons. Le Cnrs est en liens, les calculs de probabilité et de psychologie sont essentielles dans ces plans préparées des années à l'avance. Et il normal que la femme d'un médecin (Corinne B) de la santé publique, qui travaille pour le renseignement, "punisse" en lui donnant une petite portion ressemblant à la cigue d'un poison violent, à une personne venue manger là où était cette bénévole infiltrée qui lui a fait boire le poison dans un café, avec l'aide d'un complice, sans même sans cacher, juste pour l'avoir désigner comme indicatrice, lui avoir dit avoir été drogué auparavant dans un autre lieu de la mairie ? est ce normal d'accepter de tuer quelqu'un de pauvre et d'honnête parce qu'il l'est , sous prétexte du secret du renseignement , de la suprématie des puissants face aux pauvres qui n'ont pas le droit à la parole, ni même à dénoncer qu'on a chercher à les empoisonner dans des lieux d'urgences pour sdf et gens pauvres ? Est ce normal qu'un pauvre ne puisse dénoncer avoir assisté à un assassinat par administration de cigue dans une boisson par un homme forcément issue du renseignement, pour le faire, et menacer si on le dénonce, demandant aux pompiers d'enregistrer une simple crise cardiaque tandis qu'elle a été provoqué par le poison ?  Est ce normal de ne pas dire que ce jeune homme incarcéré pour avoir participer à des attentats, a été "ferré" depuis ses 14 ans à épouser cette cause dont par bien des manipulations, afin de le conduire à se trouver incité puis obligé, menacé ? Tout ca pourquoi ? pour faire changer nos gouvernement, élire le partisan et à défaut l'impromptu-prévue place ?" "Il faudra rajouter maintenant un tueur en série médiatique en ce moment, qui a été incité par la dame J Clochard de son nom propre, et selon des scénaris décidés par elle, et une dernière victime choisie ou en tout les cas qu'elle savait être future. Pourquoi laisse t on faire ainsi, le renseignement qui nous menace si on les dénonce ? , D'une part les meneurs détraqués, encouragent des psychopathes ou en créent, ensuite sont votés des crédits supplémentaires alloués à l'armée, la police, le renseignement, les séries de drames font aussi acheter des journaux....

 

 

 

Ce qu'est la délation (l'indication)

 

Il est nécessaire de comprendre que le renseignement est une délation, un acte de trahison morale et éthique. Ce travail, exercé dirons nous très souvent, par des personnes perverses, normalement en prison leur vie entière s'ils n'avaient accepter de travailler pour "leurs ennemis". Ces gens trouvent dans cet emploi, une possibilité d'exercer leur perversité, gratifiée par des "points de malfaisances" qui mesurent leur "savoir faire criminel". Ces  agents secrets et autres indicateurs sont dirigés par un supérieur, qui les manipulent, et les forces à réitérer leurs actes criminels, afin officiellement, qu'ils puissent à nouveau être condamnables, afin en fait de les maintenir dans un état de dépendance au bon vouloir du supérieur.

Les pervers se voit confiés des actes non autorisés, déviés, parfois juste pour leur propre satisfaction, ce qui les paient en nature. Nous sommes au regret de déplorer l'emploi entre autres, de gens du voyage, souvent très pauvres, de  personnes qui ont l'occasion d'en vouloir aux autres, et qui ont pour "patron" (leur supérieur) des personnes de même origines (ddlt par exemple et Mr Frain, Madame Clochard). Electrons enchaînés, libres à détruire le monde par incitation, sinon par actes directs (attentats actuels,  nouvelles technologies de surveillances visant à pucer des personnes, ingestions d'émetteurs hautement toxiques nano miniaturisés comme les puces rfid cachées des cartes d'identité considérablement ototoxiques, donnant au moins à court terme une baisse d'audition accompagnés de terribles acouphènes car ces toxiques détruisent les cils auditifs, qui ne se régénèrent jamais et qui ne transmettant plus une partie ou tout, son, ce qui donnent à entendre ce bruit permanent, signe d'absence de transmission, etc).
Des entités gouvernementale (comme Mr MV) utilisent des personnes du renseignement, qui ne seront pas crus s'ils venaient à parler  de la personne qui les "couvrent", et les ont commandités (leur "patron")".

 

-----------------------------

 

"Appel à l'attention aux auteurs et metteurs en scènes de spectacles de ne pas écouter de conseils de personnes uniquement rencontrés au téléphone, ce qui est un mode opératoire de personne du renseignement, qui par essence sont là pour tromper, duper, l'autre, avec menaces parfois, et sous le sceau du secret que leur confère leur travail."

 

---------------------------

 

LES MEFAITS DES RG

LE HARCELEMENT

Pour ne plus jamais dire à ceux qui veulent dénoncer la pratique des espions, qu'ils sont fous, ou que ça n'existe pas,
ou qu'ils sont "trop petits" pour faire l'objet de harcèlement de ces personnes (avec scènes de mimétismes quotidiennes, fausses rumeurs, désinformations) :

 Pour connaître l'horreur du métier d'informateur :

http://www.atlantico.fr/decryptage/dgsi-recrute-espions-comment-savoir-avez-profil-eric-denece-1072531.html

copie de l'article,   publié le :

DGSI recrute espions

Atlantico : La Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), qui remplace la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), va recruter dans les cinq ans 430 analystes, interprètes, informaticiens ou chercheurs en plus des 3 600 policiers de l'actuelle DCRI.

 

Un agent de renseignementest un indicateur, c'est un délinquant au sens propre que l'on a recruté, que l'on forme et que l'on manipule.

-----------------------------------------

Dossier de Jocelyne Abadie :

http://www.conscience-vraie.info/harcelement-en-reseau.htm

extrait :

L'anonymat des indicateurs est-il obligatoire ? Oui, c'est inscrit dans la loi Perben II de 2004. Dans les fichiers, les indics sont identifiés par un numéro de code formé à partir des lettres de leur nom, de leur sexe et de leur date de naissance.

 

 

Pour que l'on sache ce qu'est un indicateur, un agent secret

Quelques indicateurs, de choses souvent falsifiées par les commanditaires (indicateurs qui  font ce qu'on leur demandent pour de l'argent, monnayer une clémence, satisfaire une perversion), obéissant à leur référent agent : Yves F-L, Marie Charlotte B, Madame Clochard (nom si répandu), l'agent ex policier Monsieur Laurent (devenu agent secret, comme Mr Frain, après avoir torturée puis mis à mort en la battant une enfant violée par sa maitresse qu'il a préféré croire, sans croire l'enfant, détestant les enfants, avec l'ordre de son collègue Mr Frain à la mère, de finir le travail, en continuant de la torturer avec des produits toxiques, sans boire, pour faire mourir selon la loi d'une communauté barbare qui élimine ceux dont ils ne veulent plus, au lieu de leur rendre leur liberté (donner son enfant a la dass, laisser partir sa femme), de peur qu'ils parlent. Et les pions informateurs : Maxime, Anthony, Danielle L, Christian B, Jérôme L (tueur en série de plus de bien plus de 9 personnes au moins, infiltré à pole emploi pour officiellement dénoncer des demandeurs d'asile), Audrey B (infiltré à pole emploi). Ces derniers font entre autres, à domicile des écoutes téléphoniques (théoriquement sous cette forme, illégales), en retranscrivant par écrit les conversations par un logiciel qui met par écrit ces conversations captées. Des  noms : les L cités, Jean-Raphael B, Guy K (assassins de plusieurs personnes dont sa femme, tandis que sa compagne actuelle dénonce des demandeurs d'asile, sous pseudo Marylin). Les gens qui font cela, font parfois aussi, de la surveillance vidéo, de gens listée (ou de personnes que des "amis" leur demandent à rajouter à la liste), filmés chez eux. Comme le font les "Leroy", les "Karlson", "Marie Charlotte B", Jérôme L. Tout ceci se fait (mention qui suit à été piraté par bandes noires intempestive, donc réécrit: : "avec l'aval de services sociaux" (allusion à un cas précis, par un ccas), qui le demande de manière officieuse (dites "enquêtes préalables"). Une assistante sociale, Camille B, pratique le travail d'espion et recueille des informations qu'elle redonne à ses supérieur du renseignement, exige et menace dans son bureau, des propos privées recueillis et inexacts, de ses usagers lors d'un rendez vous.

 

 

A cette liste, on pourra trouver sur internet, le fait du "savoir faire criminel répertorié" et noté par un nombre de points, d'un agent perturbateur indicateur travaillant.

Wikipedia : a indicateur, agent secret, agent perturbateur. Et les fiches cidj : des métiers d'indicateur, informateur

Voilà où passent nos impôts, d'ou viennent les guerres, les accidents, les faits divers...

 

 

Extrait de témoignage individuel :

"Quand sera mise en place une loi permettant de porter en justice un contrat d'indic et de faire condamner un referant policier du contrat qu'il a établit avec son indic ?

"Faites attention aux gens de maison de vos personnes âgées,  manipulés par des personnes du renseignements, qui peuvent les conduire à droguer leurs employeurs, favoriser leurs égarements, leurs conduites, leurs états d'esprit. Attention à l'escalier savonné pour le rendre glissant et que votre personne âgée tombe (comme la mère de "Mireille", pour citer un cas précis). Le médecin qui les soigne peut être conditionné, mandaté, pour faire une erreur fatale pour le patient désigné. Tout un chacun peut avoir quelques chose à se reprocher et l'employé des rg va vous faire chanter, pour vous faire accepter de nuire. Il ne faut pas céder, si peut important que vous paraisse ce qu'on vous demande, vous pourriez avoir la mort de quelqu'un sur la conscience. Ne divulguez pas les paroles de quelqu'un qui s'est confié à vous, parce que quelqu'un vous a demandé de favoriser ces aveux : vous participeriez au pire, pour cette personne. Les gens des renseignements sont là pour nuire, formés à l'insensibilité, sans morale, ce sont des mercenaires, qui trahissent au besoin même leur famille. L'indic qui a un référent, n'a plus de vie personnelle, il doit donner sa vie à son "patron" qui le fait chanter. Celui qui prends un contrat d'indic n'a plus d'espoir, c'est sans doute  pire que de payer une dette de justice, son référent ayant un droit de vie ou de mort sur lui.

Il est nécessaire qu'il y ait une loi, permettant d'attaquer en justice le référent, pouvoir rompre le contrat, faire condamner le référant policier abusif. Actuellement, l'indicateur ne peut  faire condamner son patron, faute de loi précise et appliquée à ce sujet.  Aussi celui qui veut arrêter son contrat, sera conduit au suicide, voire assassiné, de façon dissimulée, par manipulation d'autrui, fausses rumeurs, désinformations. Le référent policier engage un harcèlement total, en représailles pour l'indicateur qui n'aurait pas respecté son contrat (même si cela est faux, sur le mensonge d'un autre indicateur), selon des techniques de terreurs, dites réservés à ce que se rendre les criminels. La sphère policière des rg cherchera a faire interner l'indic récalcitrant, ce qui pourra conduire directement à sa mort. Il pourra être mutilé par le corps médical; ceci d'autant plus, si l'indic est d'une ethnie dite minoritaire méprisée. Il ne pourra porter plainte, puisque c'est la police qui l'aura harcelé, agressé. Le chantage est un des moyen de pression privilégié par les acteurs du harcèlement. La chaîne crée par les indics, pions occasionnels, référent, est longue, les méfaits de même.

Une loi doit sanctionner le harcèlement policier, née du contrat d'indic en vue de clémences monnayées. Actuellement le référent policier agent secret est très difficilement condamné; c'est inadmissible. Une note ministérielle devrait informer de la pratique de harcèlement, dans toutes les administrations et corps de métiers, où on la pratique couramment, afin que la victime puisse se défendre et ne se voit pas répondre que : "c'est dans son imagination". Les médecins sont désinformés, pour qu'ils n'accréditent pas le fait du harcèlement, exercés aussi par ld'autres membres de leur corps médical, et des administrations".

"Les concours de circonstances n'existent en fait que très rarement, des plans oui,. aussi futile en apparence soit-ils, travail de fourmis. A ce propos Alain Chamfort a été manipulé pour chanter une chanson dont les paroles ne lui convenait pas : c'est une personne des rg qui donne ce type de mauvais conseils, éventuellement suivant son emploi "d'agent perturbateur" (c'est donc sur ordre de supérieur, que l'agent perturbateur incite à mal faire, ce qui peut aller très loin, au delà de l'autorisé, c'est à dire inciter un assassinat à une personne dont on sait qu'elle obéira certainement -cf 2010, un indic se fait passer pour quelqu'un d'autre pour faire "exécuter sa commande", puis ordonne à l'agent d'écoute travaillant à  domicile, pour qu'il inverse les numéros de téléphone, et donc l'origine du discours des personnes écoutées, soit, du commanditaire, de l'innocent qui n'a rien fait, et de l'exécutant qui croyait avoir à faire a quelqu'un d'autre-)".

Le renseignement fait harceler outre celui qui est censé ne pas avoir obéi, mais aussi le trop mauvais indicateur, qui indique des choses fausses, pour lui faire arrêter son travail d'indic.  Mais un indicateur qui a suffisamment de points de malfaisances, peut faire payer sa dette par une autre personne qu'il désigne, c'est à dire qu'une autre personne sera harcelée à sa place, tandis que n'ayant rien fait de mal, ce qui est ahurissant.  Le renseignement protège son indicateur, même s'il ment. Car théoriquement l'indicateur qui ment est tué. Seul compte vraiment, pour le renseignement, les actes de malfaisances exercées, la satisfaction de son indicateur gradé, même par des points indument acquis (pour des causes personnelles). Aussi, tout le monde laisse faire, d'autant qu'officiellement ce harcèlement qu'on appelle d'état, ou harcèlement global, exercés par des indicateurs sur demandes, n'existe pas... Voila un grand drame de cette organisation de type mafieuse.

 

 

Sur le harcèlement, consulter les dossiers entra autres de Jocelyne Abadie et Nicolas Désurmont