accueil

THEATRE EN MOTS

Critiques et réflexions suite à une représentation thétralee, sélections de spectacles. A wensite which alows to the spectator to make share sound felt by a play that he has just seen

 

 

  

 
 
 

 

 

Critiques de pièces de théâtre, de spectacles, informations sur des spectacles aux Festivals d'Avignon 2018 In, Off, Villeneuve en Scène

 

34 critiques du Festival d'Avignon 2018,  In, Off , Villeneuve En Scène, 43 spectacles présentés :
 

 +Au delà de le forêt le monde,  +Bon débarras !, +Le cri du Caire,   +L'herbe de l'oublie +La guerre des salamandres,  +Khoroto +, +L'Etabli, +Story water,  +Les champignons de Paris, +JetLag, +Hop là !, +On est pas que des valises, +La démocratie contre-attaque, Le Dragon, +Ô Baobab, +La figure du baiser, +Pas pleurer, +Opera Camera, +Le Cabaret de Monsieur Pantalone, +InTarsi, +J'abandonne une partie de moi que j'adapte, +La dette expliquée à mon banquier !, +Revue de presse +De Gaulle 68, la révérence,  +Ce qui demeure, *Le petit déjeuner, **Le grand théâtre d'Oklahama, +Canzone for Ornella, +Un homme qui fume c'est plus sain, *Certaines n'avaient jamais vu la mer,    Pale Blue Dot, une histoire de wikileaks, +Dessine moi un arbre, Fille des Egyptiens/nes,  *Ahmed revient,  Summerless, +Les conférences de poche, *Le voyage de Myriam Frisch, +Somos, *Les Genoux Rouges, +Voilées, +Certes !, +Inaudible, +Il Mascheraio

 

 

 

 +Au delà de le forêt le monde
Inês Barahona, Miguel Fragata
Lisbonne

 

 
+Le cri du Caire
Le Caire, Paris
Chapelle des Pénitents Blancs
à 15H : le 6
à 11H et 15H : le7, 8, 9, le 11,12
à 11H : le 13
juillet 2018
12H30
du 6 an 26
(relâche les 11, 18)
 juillet 2018
Cour du Collège Vernet
20H30
 ma 17 juillet -date unique--
2018

 

+Khoroto +
Cie Spectacle Pour Tous
17H
du 6 au 26 juillet
(relâches les 11, 18)
 juillet 2018
Plaine de l'Abbaye
19H
du 10 au 22
(relâche le 16)
 juillet 2018
21H
du 10 au 22
(relâche le 16)
juillet 2018

 

d'après Robert Linhart
 
danse/musique
Istres, Francfort, Avignon
+Les champignons de Paris
d'Emilie Génaédig
12H50
du 6 au 29
(relâche les, 9, 16, 23) 
juillet 201
Cour d'honneur du Palais des Papes
22H
du 19 au 23
juillet 2018
Salle Edouard Glissant
21H35
du 6 au 28
(relâche les 12, 19, 26)
 juillet 2018

 

+Hop là !
de Romain Thévenon
Cie 123 soleil
d'Hélène Desplanques
15H40
du 6 au 29
(relâche les 10, 17, 24)
 juillet 2018
Collège de la Salle
10H45 et 16H
du 6 au 29
(relâche les 9, 16, 23)
 juillet 2018
21H50
du 6 au 28
(relâche les 9, 14, 23)
 juillet 2018

 

+La démocratie contre-attaque
de Cécile Canal
Cie RSE
Le Dragon
de Carlo Boso
Académie Internationale des Arts du Spectacle
+Ô Baobab
Compagnie Atelier de l'orage
 Chapeau Rouge Théâtre
14H25
les 17 et 24
 juillet 2018
Cour du Barouf
14H
5 au 29 juillet
juillet 2018
Fabrik Théâtre
16H40
du 5 au 29
(relâche les 11, 18, 25)
 juillet 2018

 

+Pas pleurer
de Lydie Salvayre, Denis Laujol
Cie Ad Hominem,
 Théâtre de Poche de Bruxelles, La Charge du Rhinoceros
d'après Don Juan de Mozart
Auvergne-Rhone-Alpes
Fort St André
18H45
du 12 au 14
 juillet 2018
14H30
du 6 au 24  (relâches les 11, 18)
juillet 2018

 

Villeneuve en Scène
Cloître de la Collégiale
21H
du 10 au 22
(relâche les 14, 16)
 juillet 2018

 

d'Hacid Bouabaya
d'Armando Rabanera Muro, Fabrizio Giannini
Barcelone
de Justine Lequette
 
22H10
du 6 au 29
(relâche les 10, 16, 23)
juillet 2018
12H15
du 9 au 21
(relâches les 12 et 17)
 juillet 2018
19H30
du 6 au 26  (relâches les 11, 18)
juillet 2018

 

de Cécile Canal
Cie RSE
+Revue de presse
de/avec Christophe Alévêque
ChassotProductions
+De Gaulle 68, la révérence
         Compagnie Artscenicum Théâtre      
 
21H20
s7, s14, ma17, s21, ma24, s28
 juillet 2018
14H
du 6 au 29
(relâche les 11, 18, 25)
 juillet 2018
14H45
6 au 29 juillet
Jours Impairs
 juillet 2018

 

d'Elise Chatauret
**Le grand théâtre d'Oklahama
d'après Frank Kafka
de Madeleine Louarn et Jean-François Auguste
La Manufacture
-Patinoire-
 10h
du 6 au 26
juillet 2018
à 09H00 /à 10H30
du 6 au 25
 -relâches les 12 et 19- 
juillet 2018
L'Autre Scène
du Grand Avignon -Vedène
Festival d'Avignon
15H
du 7 au 8, du 10 au 12 juillet 2018

 

+Canzone for Ornella
Raimund Hoghe
de Leslie Bernard
Collectif  BAJOUR
théâtre
de Julie Otsuka
Valence
 
Cloître des Célestins
21H30
du 22 au 24 juillet 2018
 11h50
du 6 au 26
(relâches les 12 et 19)
 juillet 2018
Cloître des Carmes
22H
du 19 au 21, le 23 et 24 juillet 2018

 

 

Fille des Egyptiens/nes
concert
Bnt Al Masarwa
*Ahmed revient
théâtre
d'Alain Badiou
Didier Galas
Summerless
théâtre
Amir Reza Koohestani
Téhéran

 

d'Amélie Poirier
Pale Blue Dot
une histoire de wikileaks
 Etienne Gaudillère
Lyon
19H30
du 10 au 22
(relâche les 12, 15, 16, 20)
 juillet 2018
10H30
6 au 29 juillet
(relâche les, 9, 16, 23) 
 juillet 2018
Gymnase du Lycée Mistral
Festival d'Avignon
22H
du 20 au 24 juillet 2018

 

+Inaudible
de Thomas Hauert
ZOO-Thomas Hauert
Suisse/Belgique
+Il Mascheraio
de Cavarra Andrea
Compagnie Zorba
CDCN-Hivernales
15H15
du 7 au 17
(relâches le 12)
 juillet 2018
Cour du Barouf
Tréteaux       
14H15
6 au 29 juillet
(relâche les 10, 17, 24)
juillet 2018
18H
du 10 au 22
(relâche le 16)
 juillet 2018

 

cirque
Occitanie
+Somos
cirque
El Nucleo
Colombie/Normandie
Théâtre
de Linda Blanchet
Compagnie Hanna R
Nice
10H
du 9 au 21
(relâches les 12, 17)
 juillet 2018
L'Occitanie fait son cirque-Ile Piot
21H10
du 9 au 21
(relâches les 12, 17)
 juillet 2018

 

17h55
du 6 au 26 juillet
(relâche les 12, 19)
 juillet 2018

 

 

 

 

 
 
 
 
10H30
du 6 au 28
les 7, 10, 12, 14, 17, 19, 21, 24, 26, 28
 juillet 2018
 

 

 

 

u hasard  des rues et lieux de spectacles pendant le Festival d'Avignon 2018

 

dans les rues pendant le Festival... a Villeneuve en scène

 à l'espace rencontre Pasteur

dans la ville

 

Edito de fin de Festival d'Avignon 2018 (extraits)

Dernière nouvelle fraiche (si on peut dire dans cette chaleur) : Olivier Py, président du Festival d'Avignon, voit son mandat prolongé de 4 ans !
 
Ce Festival d'Avignon 2018, (In et Off),
a eu pour emblème (dans le In principalement, qui le revendiquait) le thème du genre (sous toute ses formes).
Et aussi du politique. Dans le Off particulièrement.
Souvent sous formes documentaires. En osant révéler ce qui est caché,
pour mettre à jour un endoctrinement qui favorise de ne pas lutter pour la vérité.
Les spectacles intègrent l'actualité, notre époque.
Des pièces ont été rejouées plusieurs années après leur création, avec l'épitaphe "nouveau spectacle".
Certaines pièces sont jouées par intermittence, depuis plus de vingt ans.
Ce festival fait le bonheur de compagnies jeunes,
qui le découvre pour la première fois, et sont la dynamique de celui-ci,
comme on peut le voir notamment dans les parades dans les rues, que la température caniculaire ont rendues plus ardues.
 
On peut s'interroger sur les critères de sélection du In,
notamment dans les lieux prestigieux, comme le Palais des Papes
 (dont il n'y a aucune trace en extérieur, du Festival, au profit d'une exposition en cours).
Comment peut-on y valoriser le sujet de "Thyeste" ?
Est-ce lieu d'essais de danse ou de théâtre, de carte blanche improvisée ?
(évidemment ça dépend à qui on offre cette possibilité, car Cesena de TDK, il y a plusieurs années était superbe).
.
 Il est vrai qu'un Festival subventionné (le In),
n'ayant pas les contraintes de chiffres du Off qui l'est moins,
à d'autant plus cette mission de service public, de culture, et que la création est l'avenir.
 
Selon le bilan en chiffres, il y a eu plus d'entrées dans le In, qui globalement à présenté plus de pièces accessibles,
dont certaines excellentes,
et un peu moins que l'an dernier pour le Off, (malgré encore son expansion en nombres de spectacles),
qui a donné portant l'impression, dans les rues tout au moins,
d'être plus fréquenté, plus dynamique que l'an dernier,
et qui a vu se produire de bons spectacles.
 
Une direction du Off venue d'hors Avignon, une obligation comme antan, de ne pas
programmer de pièces du crus, pendant le Festival, permettrait
peut-être de retrouver ce qu'on a perdu.
 
Espérons encore à venir, le bonheur de moments de théâtre enchanteurs,
de créations qui apportent de beaux sentiments,
une meilleure compréhension, ouvrant des horizons,
la connaissance d'autres cultures, d'autres pays,
une façon intelligente, esthétique et sensible,
ouvrant à la culture et à la réflexion

 

 

 

à l'attention des théâtres :

Il faut souligner, pour les théâtres,  de ne plus considérer comme vrais les propos, ni les demandes de "plaisanteries", "bonnes leçons", "scénaris", ou "conseils", d'une personne "DDlaT",  qui nuit au site par affabulations sur nos chroniqueurs. Cette dame, "ancienne commerçante", ne fait aucunement  partie du site, ne s'intéresse pas au théâtre et n'en a aucune connaissance.
Ceci afin que stoppent diverses réflexions et idées préconçues, telles qu'au Chien qui fume, sur le passage du chroniqueur, avant spectacle : "Pour Christophe, ça n'ira pas" (allusion au physique), comme si venu avec des intentions sur l'homme d'un spectacle, au lieu d'être venu pour un spectacle. Partout, s'adressant à le/la chroniqueur(se), est dit : "il n'est pas là", ou "il arrive", ou "il est partit", tandis qu'à chaque fois il s'agit d'un autre "il", sans que la personne sache même de qui on parle, ce qui s'appelle du harcèlement, commandité par une dame en contrat rg, avec laquelle il ne faut pas collaborer, et excuser pour son âge, raison pour laquelle nous n'avons pas déposer plainte.  Précisons s'il le faut encore, pas de chroniqueurs rg dans le site. Nous demandons aux personnes partipant aux renseignements, de tous horizons soient-ils, de ne plus prendre nos chroniqueurs en stop, même si d'autres vous le demande.

 

 

Agression d'un chroniqueur par sa mère, le 21septembre 2018,
 via par une femme chauffeur de bus que la mère de la victime avait fait embaucher à cet effet
(faire tomber sa fille en la faisant harceler dans le bus, se refugie au fond sur une place sans barre pour se tenir, tombe par un coup de frein "inopiné", se casse les cotes sur les marches intérieures du bus, suite à un second coup de frein "inopinée" alors qu'elle se relèverait. Tel était l'accident
Ceci pour que la chauffeur de bus engagée, en la faisant passer pour une employée de maison hébergée chez elle et qui se serait mal comportée),
par le service des bus (via une dame de l'accueil faisant parti du renseignement probablement, car l'employée ne correspondait pas aux critères notamment de conduites routière nerveuses pour acquérir le poste).
Faire tomber sa fille devait permettre à l'employée des bus de quitter brusquement son travail de moins d'un an.
Ceci s'est fait en collaboration avec l'employeur (d'une autre structure) de sa sœur Marie M -pole emploi-
comme annoncé précédemment par cette sœur sur son lieu de travail et le directeur, cette sœur convoitée par la nonagénaire.
Ces deux sœurs (dont l'une a fait embaucher l'autre) devaient quitter la France, ce qu'il déplorait, en ce qui concerne son employée,
qui elle convoite un de ses collègues ex assassin de grande envergure..
L'accidentée qui après de 60 ans, 9 mois après à toujours mal à ses cotes, encore handicapé 7 mois après, à perdu une année de travail dans cette
histoire, ce qui est difficilement réparable à cet age en raison notamment des voyages à effectuer, car cet accidentée était aussi photographe, avec des images
à prendre en tant qu'auteur. Mais pour la chauffeuse trentenaire, la rage de son origine au cœur, illusionnée par la demandeuse indicatrice qui l'a faite embauché, point de morale, que la sienne, sa propre vie, les autres ne comptent pas. Ces deux sœurs sont venus ici, et n'hésitent pas agresser des autochtones du pays choisi, sur de fausses rumeurs, avec certainement un contrat rg  leur permettant de continuer impunément. La chauffeuse de bus n'a pas été renvoyée, et c'est à l'accidentée de se cacher, pour ne pas être tuée, par l'amant de la sœur de la chauffeuse de bus, ou la chauffeuse de bus elle même et ses nombreuses amies haineuses sur suppositions, et sans doute jalousie de différence sociale. Cette agression quand elle est vécue, balaie l'illusion d'intégration réussie, de mixité, encourage le repli identitaire et social. Faut il en vouloir a l'accidentée d'avoir fréquenté un lieu d'état et de mixité sociale, subventionné, ou malheureusement œuvrent des indicateurs, de mauvaises gens dont le travail et de réitérer leurs difficultés et leurs erreurs et leurs délits (et non de faire arrêter des délinquants). Des usagers de ce lieu ont été tués il y a plusieurs années, par l'un d'eux avec l'incitation et l'accord  de l'autre, et ceux ci sont toujours en liberté et détenteurs d'emplois exercés.

 

(*)

 

édito de début de Festivals d'Avignon 2018
 
Populaire, tragédien,
présentant les propositions de spectacles d'artistes émergeants,
confirmés, ou inconnus du grand public,
 voici le Festival d'Avignon (In) nouveau qui s'annonce.
Il nous reste a puiser dans ce répertoire neuf,
pour se cultiver d'un théâtre épuré mais métissé,
inspiré de télévision (malheureusement) mais aussi de politique internationale,
de faits de société, explorant divers médias et moyens d'expression.
Afin de voir ce qui se joue aujourd'hui en manière de scène,
entendre les propos du monde réinterprétés par des artistes internationaux.
.
C'est dans le Off que nous vient de Belgique, inspiration, créativité intelligente, éclairée et d'Art de la scène,
 traversées d'un vent d'air frais, pur et neuf, concernée, par des artistes indépendants.
.
In et Off  nous ouvrent les portes du monde, nous faisant découvrir des créations venues d'autres régions, d'autres pays, portées par des savoirs communs aux arts de la scène, nourries de la diversité de pratiques de leurs auteurs