Festival 2021
 
Théâtre musical (à partir de 12 ans)
 1940, La Victoire en chantant
avec les textes de Rolland Dorgelès, Louis Aragon, Raymond Queneau, Paul Valéry, et beaucoup d'autres
 
Cie Acquaviva
 

Metteur en scène : Raymond Acquaviva

Interprète(s) : Pierre Boulben, Louise Corcelette, Benoit Facerias, Philippine Martinot, Quentin Morant, Fabio Riche, Lani Sogoyou, Josephine Thoby

Accordéoniste : (en alternance) Aude Giuliano, Guy Giuliano, Laurent Derache

 

13 à 17 Rue du Collège d'Annecy
(Rue face Au Musée Lapidaiire, prés de Monoprix Rue de la République)
 
15H
du 7 au 31 juillet 2021, jours Pairs
relâche lundi 19

 

 

          Critique :

Plus axé que "1914...." sur la vie en 1940. Les vêtements qu'on portait à l'époque, les concours de mode même, la mentalité, c'est une vie plus moderne qui se profile. En chansons, plus comédie musicale qu'opérette pour cette seconde partie de l'histoire.

30 Juillet 2021

 

         

 

            Résumé :

"Un spectacle composé non seulement des plus belles pages de Péguy, Claudel, Apollinaire ,Dorgeles, Valéry, Queneau, Aragon, Tardieu..., mais également des magnifiques chansons populaires qui marquèrent ces époques. Le spectateur pourra feuilleter l'histoire de ces deux guerres qui endeuillèrent le monde, et se laisser porter par le rire et l’émotion à travers la mémoire de nos pères.

À l’image de Michel Manoukian immortalisé par Aragon, les enfants de 1914, à leur tour, s’engagèrent dans la résistance pour échapper à la barbarie.

En ce moment, où les anciens combattants de la première ont laissé leurs honorables places à ceux de la seconde, (  ) où quatre vingts ans nous séparent du début du conflit le plus meurtrier de l’histoire, ( ) où l’Europe, enfin créée par des hommes de bonne volonté, donne pour la première fois à une génération entière le choix de la vie, ( ) où pourtant le canon recommence à gronder à nos portes, comme il tonne sur l’autre rive de la Méditerranée, l’urgence de porter un regard sur ces guerres de nos parents et de nos grands -parents s’imposait.

Je voulais aussi que de jeunes comédiens puissent, par cette aventure, prendre le relais du souvenir; ( ) Puisse chacun de nous garder le souvenir de ces douleurs anciennes pour que nos enfants, à leur tour, en ce nouveau millénaire, échappent à la barbarie"