accueil
 
Comédie et improvisation sur la Commedia dell'arte et ses masques
Il Mascheraio
de Cavarra Andrea
Compagnie Zorba
 
 
 
 

Durée : 1H

 

 

 

 

 "Un mascheraio (réalisateur de masques) travaille dans son atelier, au milieu de matrices en bois, d'outils artisanaux, peaux, teintures... Il est en trein de travailler à la réalisation de masques en cuir, et va vous emmener dans un voyage d'esprit et de récit à la rencontre des premiers comédiens qui improvisaient sur les places de marché vénitien. Il imaginera les yeux, les odeurs, le public, et vous fera revivre la naissance des premiers types caractéristiques, des costumes, de la différents personnages emblématiques de la Commedia et invitera le manière de parler. Et au fur et à mesure de ses voyages et de ses récits, il fera revivre les public à partager ses improvisations, recréant ensemble le monde magique de la Commedia all'Improvvisa".

 

 

Un établi surélevé sur une scène en bois, dans une cour avec un  grand platane et des fauteuil devant, où sont posés des masques de cuir Vénitiens et des objets pour les façonner. Est attablé un grand homme très Italien, d'âge mur, aux yeux bleus, artisan troubadour en chemise ample de toile blanche vénitienne, ceinturée à la taille. Il a un parfait accent Italien, venue directement de là bas. Et nous y emmène, pour  faire découvrir l'origine des masques de cuir qu'il fabrique (et apprends à fabriquer à qui veut, ici même le matin, en stage ou juste pour regarder). A chaque masque, classique, est attribué, un caractère, une personnalité. Le jeu théâtral se fait en fonction du masque choisi qu'on incarne. Pour mieux faire comprendre ce qu'il nous apprends, ce Mascheraio invite des personnes du public pour une courte scène en duo avec lui même, illustrant ce qui se fait en commedia dell arte, sur une base d'un récit simple qu'il détermine avec nous. Il joue lui même des scènes classiques de personnages de théâtre Italiens, afin de nous les rendre familier et d'en expliquer le caractère

(texte en cours de rédaction)

vendredi 27 juillet 2018, sous trente degré mais à l'ombre du platane et voilages au dessus de cette autre Cour du Barouf, sous son brumisateur et l'air qui raffraichit...